Son fils meurt au commissariat de Saint-Malo, il veut « faire éclater la vérité »

Allan Lambin, un jeune habitant de Saint-Hilaire-des-Landes, est mort dans sa cellule du commissariat de Saint-Malo en février. Son père sort du silence et accuse les policiers.

25263-190703104250217-3-e1562143940538-854x546Allan Lambin est décédé dans sa cellule du commissariat de Saint-Malo. Son père veut la vérité. (©DR)

Allan Lambin n’a pas eu le temps de fêter ses 20 ans. Il a trouvé la mort dans la nuit du 9 février 2019. Seul, visage contre terre, au fond d’une cellule du commissariat de Saint-Malo.

Quatre mois après cette tragique nuit d’hiver, ce sont à peu près les seuls faits avérés. L’instruction est toujours en cours et beaucoup de zones d’ombre subsistent.

Franck Lambin, le père d’Allan, lui, n’a qu’une obsession : savoir « pourquoi et comment » son fils est mort. Il conteste la version officielle publiée juste après les faits.

Dans un article édité sur son site internet le 13 février, France Bleu citait le procureur de Saint-Malo selon qui « l’éventualité de violences policières serait à exclure, le corps ne portant aucune trace de coups ».

Or, la conviction de Franck Lambin est faite : « Allan n’est pas mort d’un malaise dû au hasard. Je vais le prouver », martèle un homme dévasté et déterminé à « faire éclater la vérité ». Alors, ulcéré par une instruction « qui n’avance pas », ce chef d’entreprise établi à Saint-Hilaire-des-Landes sort du silence.

Au talus, à deux pas du camping

Ce samedi 9 février 2019, Franck Lambin participe à un tournoi de billard à Dinard. Allan le rejoint en fin d’après-midi.

Ensemble, ils boivent quelques verres puis Allan prend le volant, son père à ses côtés. Direction le camping où ils doivent passer la nuit.

Dehors, il pleut des cordes. Allan prend une mauvaise route, fait une manœuvre, glisse, et finit au fossé. Il est 20 h 45.

Quelques minutes passent. Puis les pompiers arrivent suivis d’une voiture de police. « Quand il les a vus, Allan a sorti une bière. Il m’a dit, « perdu pour perdu » et il l’a bue devant eux ».

Un acte vécu comme une provocation ? Toujours est-il que selon quatre témoins (proches de Franck Lambin mais qui ont déposé sous serment), les trois policiers auraient procédé à « une interpellation très musclée » d’Allan Lambin.

À 21 h 20, le jeune homme est emmené au commissariat. Franck Lambin ne le sait pas encore mais c’est la dernière fois qu’il voit son fils en vie.

C’est moi qu’ils auraient dû emmener. C’est moi qui les insultais et qui avais vraiment bu

Les éthylotests pratiqués plus tard dans la soirée affichent en effet un taux de 1,97 gramme d’alcool par litre de sang pour le père et de 0,83 g pour le fils.

« J’ai une triste nouvelle »

Franck Lambin a « un mauvais pressentiment. Allan était hagard, silencieux, quand il est parti. » Il veut le retrouver au commissariat. Mais la voiture conduite par une amie s’enlise. Il est finalement transporté par un équipage de la police municipale de Dinard qui patrouille dans le secteur.

22 h 54. Franck Lambin arrive au commissariat. Le ton monte. Il est placé derrière les barreaux. Trois cellules le séparent d’Allan dont la garde à vue a été autorisée par un médecin qui l’a vu très rapidement. « Je l’ai appelé mais il n’a pas répondu. J’ai demandé à le voir, ils ont refusé. »

Au milieu de la nuit, un médecin du Samu le réveille, lui dit que son fils a fait un malaise et lui pose deux questions : « Il me demande si mon fils se drogue et s’il a consommé de l’alcool fort. J’ai répondu non aux deux questions ».

À 10 h du matin, Franck Lambin est sorti de cellule et accompagné dans une pièce où l’attend la procureure de la République.

Elle a pris la parole et elle m’a dit : « J’ai une triste nouvelle à vous annoncer : votre fils est décédé. » Je n’ai pas compris ce qui m’arrivait. Je ne le comprends toujours pas d’ailleurs

Défaut de surveillance et incompréhensions

Depuis, Franck Lambin, épaulé par son avocate Maître Laudic-Baron, cherche des réponses. Avant toute chose, il est persuadé que les policiers n’ont pas fait leur travail de surveillance :

 Ils affirment avoir surveillé Allan de visu ou par caméra tous les quarts d’heure. Les vidéos montrent qu’il a fait un malaise vers 22 h 45. Or, l’alerte a été donnée après une heure du matin par le médecin venu m’ausculter et qui est allé jeter un œil dans la cellule d’Allan.

Des négligences supposées qui n’ont pas permis de venir en aide à Allan quand il a fait son malaise. Mais elles n’expliquent pas le décès.

Allan Lambin et son père avaient une relation fusionnelle.

Allan Lambin et son père avaient une relation fusionnelle. (©DR)

D’après le rapport d’autopsie, Allan aurait succombé à une asphyxie d’origine mixte due à une intoxication aiguë significative à l’alcool et à sa position (la tête baissée). Aucune violence mortelle n’a été objectivée par l’expert médical.

« C’est incompréhensible. On ne meurt pas à 0,83 gramme en étant à genoux. Je n’y crois pas, pas à son âge », conteste Franck Lambin qui ne comprend pas « pourquoi la Justice ne met pas tout en œuvre pour déterminer les responsabilités ».

Sa thèse ?

Allan a succombé aux conséquences des violences qui lui ont été infligées lors de l’interpellation.

Il dispose de quatre témoignages qui vont dans ce sens. Des témoins entendus par l’IGPN.

Torturé par des questions qui tournent en boucle dans sa tête, le père d’Allan s’étonne aussi, à la lecture du résultat de l’autopsie, que la lésion au niveau du sternum avec un syndrome hémorragique ne figure pas parmi les causes possibles du décès.

En raison de linstruction et de l’enquête de l’IGPN en cours, le commissariat de police de Saint-Malo n’a pas souhaité répondre à nos questions. Pour les mêmes raisons, la procureure de la République de Saint-Malo n’a pas voulu entrer dans les détails de cette affaire :

Ce n’est qu’à l’issue de la reconstitution, envisagée par le juge d’instruction, et une éventuelle expertise complémentaire, que le processus sera clairement affiné.

Franck Lambin aura alors ses réponses. Ou pas.

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>