Seine-et-Marne. Le cri d’alarme d’Uniformes en danger après de nouveaux suicides dans la police

L’association Uniformes en danger interpelle les parlementaires pour demander des mesures concrètes après de nombreux suicides dans la police et autres métiers de la sécurité

IMG_0256-854x48025 fonctionnaires du commissariat de Fontainebleau se sont rassemblés à l’appel de l’intersyndicale (©DR)

Après un nouveau drame, un appel à des rassemblements de policiers a été lancé par le syndicat Unité SDP Police FO, sur RTL. En Seine-et-Marne, l’association Uniformes en danger tente d’interpeller les parlementaires depuis plusieurs mois pour demander davantage de moyens, mais également une réponse législative à la dégradation des conditions de travail des policiers et plus largement des forces de l’ordre et de sécurité.

« Des conditions de travail exécrables »

Ce vendredi 19 avril, le mouvement a été suivi dans toutes les circonscriptions seine-et-marnaises. Au commissariat de Fontainebleau, l’un des plus vétustes de France, au moins 25 fonctionnaires ont répondu à l’appel de l’intersyndicale, concernant tous les grades et tous les corps confondus. De 11 h 30 à 12 h, ils se sont rassemblés devant le bâtiment pour manifester leur inquiétude face à cette recrudescence des suicides, qui ramène aux années noires 1996-1997, où 72 suicides avaient été recensés.

« Outre leur travail classique, les policiers sont actuellement sur tous les fronts en raison des mouvements sociaux, et certains craquent, explique Mathieu Rael, référent du syndicat Alliance pour la Seine-et-Marne.

Dans le département, certains collègues travaillent dans des conditions hallucinantes et exécrables, comme à Fontainebleau, où un mur s’est écroulé sur huit voitures. A Meaux, c’est un policier qui a été menacé par un terroriste, lequel disposait de sa dernière adresse et de renseignements sur sa famille. Sa mutation a été dans un premier temps refusée. Il a fallu que j’intervienne pour qu’elle soit acceptée . »

L'association Uniformes en danger interpelle à nouveau les parlementaires

L’association Uniformes en danger interpelle à nouveau les parlementaires (©La Rep 77)

En  2018, l’association avait comptabilisé 88 suicides parmi les forces de sécurité et personnels en uniforme. Depuis le début de l’année, l’association Uniforme en danger comptabilise déjà 36 drames du genre, dans un funeste compteur pour sensibiliser autour « des conditions de travail de ces personnels qui veillent à la sécurité de tous. »

Funeste compteur

Derniers exemples en date, la mort d’un gardien de la paix, qui se serait donné la mort, à son domicile avec son arme de service à Alès ou le suicide d’une capitaine de police à Montpellier, ou encore à Villejuif. Pour mettre un terme à ces drames, l’association Uniformes en danger interpelle les parlementaires.

afin « de trouver des solutions concrètes car le stade est critique », estime la présidente de l’association qui demande « une proposition de texte de loi pour un vote en urgence afin de protéger toutes les personnes en uniforme, afin qu’ils puissent travailler dans les meilleures conditions possible. » La semaine dernière, Christophe Castaner avait annoncé la mise en place d’une cellule de vigilance.

Renseignements : pour contacter l’association : Uniformes.en.danger@gmail.com

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>