Saint-Malo. Les secrets de l’enquête pénale dévoilés aux étudiants

Le colonel Manet ; la procureure, Christine Le Crom ; la présidente du tribunal de grande instance, Marie-Paule Regnault-Lugbull, et le commandant Aubry.
Le colonel Manet ; la procureure, Christine Le Crom ; la présidente du tribunal de grande instance, Marie-Paule Regnault-Lugbull, et le commandant Aubry. | OUEST-FRANCE
Le thème retenu pour la Nuit du droit, ce vendredi 4 octobre, était l’enquête pénale. Une soixantaine d’étudiants malouins ont écouté les précieux conseils de gendarmes et de magistrats.
Comment fonctionne une enquête criminelle ? Quel est rôle de la police judiciaire ? Comment collaborent gendarmes et magistrats ? Toutes ces questions ont été abordées, vendredi 4 octobre, lors de la Nuit du droit. Une soixantaine d’étudiants de l’IUT de Saint-Malo, issus de la filière carrière juridique, étaient présents au tribunal de grande instance (TGI).


Les étudiants malouins, attentifs, lors des présentations. | OUEST-FRANCE

Le commandant Emmanuel Aubry, patron des gendarmes du pays de Saint-Malo, et le colonel Florian Manet, commandant de la section de recherche de Rennes, étaient présents.

La section de recherche est une unité régionale de 45 gendarmes, spécialisée dans les enquêtes judiciaires longues et complexes. Les deux gendarmes ont rappelé leurs missions, au service des citoyens.

La procureure, Christine Le Crom, participait également aux échanges, ainsi que la présidente du tribunal de grande instance de Saint-Malo, Marie-Paule Regnault-Lugbull.

Un corps dans la valise

« Pour lancer des investigations, on part d’un événement, comme un corps retrouvé dans une maison. Nous prenons aussi des initiatives », a expliqué le colonel Manet. Réquisitions, auditions, interceptions… Les actes d’enquête ont été expliqués également.

Pour les enquêtes à portée internationale, « il y a une coopération entre les États, notamment via Interpol. » Les différents acteurs de la police judiciaire, dont l’objet est de rechercher les infractions à la loi pénale et qui représentent une grosse part de l’activité des gendarmes, ainsi que le rôle des magistrats ont aussi été exposés aux élèves.

La présentation s’est terminée par un exemple d’enquête sur un homicide : l’affaire du corps dans la valise de Lorient. Le corps d’un proxénète avait été retrouvé dans une valise, en 2011, repêchée en rade de Lorient. Christine Le Crom, qui avait participé à l’enquête à l’époque, est revenue sur les faits.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>