Obligation du masque, est-ce médical ou politique ?

13 juillet 2020

Mesure sanitaire

ou mesure politique ?

Voilà encore un sujet qui risque de m’amener une désapprobation violente, voire une nouvelle rafale de désabonnements de la part de certains peureux formatés par TELEMENSONGES.
Que m’importe puisque mon abonnement est gratuit ! Ainsi, après quelque hésitation, j’ai quand même décidé de me lancer dans l’aventure car j’aime le risque, et que je vois de plus en plus de gens qui trichottent en mettant le masque sous le nez ou carrément sous le menton (ce que je fais aussi) ; et que j’ai bien envie de justifier ceux-là, dans leur choix de braver un règlement prétendument d’ordre sécuritaire.
Je vais donc expliquer pourquoi ces gens ont mille fois raison même s’ils réagissent d’une façon instinctive.

L’erreur pasteurienne entretenue

Pour commencer, si vous croyez dur comme fer que les virus et les microbes sont la cause des maladies, il vaut mieux ne pas continuer cette lecture. Pasteur en son temps était excusable car il découvrait tout juste l’existence du monde microbien.
Pourtant le génial Béchamps et le grand Claude Bernard disaient l’inverse, c’est-à-dire que leur présence était la conséquence et non la cause – qui n’a pas entendu sa célèbre formule “Le terrain est tout, le microbe n’est rien” ? Il se dit d’ailleurs qu’au moment de sa mort Pasteur avoua “je me suis trompé”.
Mais l’industrie pharmaceutique a sauté sur l’occasion de sacraliser la version pasteurienne qui désignait les microbes comme un ennemi extérieur à abattre, ceci pouvant générer un gigantesque business.
De fait, l’exploitation de ce dogme erroné l’a élevée au premier rang financier de toutes les industries ; et malheur à celui qui s’aventure à donner un coup de pied dans ce mensonge enseigné à tous dès l’école, qui a permis de réaliser la manne pharaonique rapportée par les vaccins.

              • NOTA : Etant d’origine paysanne, j’ai toujours su qu’un terrain à chardons est considéré malade et déséquilibré. Détruire les chardons ne sert à rien, ils reviennent parce qu’ils se plaisent là. Autre exemple, dans l’ulcère d’estomac il y a présence de l’Helicobacter, et l’on vous donne un antibio pour l’éliminer – c’est aussi stupide que de chasser les mouches d’une gangrène pour la guérir.

Les virus sont partout

Il a fallu l’arrivée des microscopes électroniques pour découvrir les virus car ils sont trop petits pour être décelés avec des microscopes optiques simples. Savez-vous que nous sommes une usine ambulante de micro-organismes qui sont aussi nombreux que nos quelques milliards de cellules et même plus, ceci représentant un poids de 4 à 5 kg par individu de petits ouvriers amis collaborant 24 h sur 24 à notre survie.

Les études actuelles ont montré que certains virus sont des excrétions de cellules intoxiquées, qui pour se purifier sont contraintes d’expulser des débris nuisibles. De ce fait, les virus sont des éléments protéinés d’ADN ou d’ARN expulsés de cellules empoisonnées.
Les virus ne sont donc pas la cause de la maladie, mais de la toxicité qui mène à ces excrétions. Ces virus dits pathogènes ne sont donc que des messagers indiquant au corps qu’il doit se débarrasser d’une toxicité ; et lorsque c’est fait, ils meurent.

Ceci est le côté endogène (interne), mais il y a aussi la partie exogène (extérieure)

Selon les endroits de prélèvement, chaque mètre cube d’air contient entre 1.7 et 40 millions de virus, et entre 860 000 et 11 millions de bactériesEn particulier, nous inhalons en moyenne 200 000 virus par minute.
Sont-ils tous des ennemis ? Certainement pas, pas plus que les moustiques ne sont pas tous porteurs de la malaria. Et là, c’est le rôle de nos défenses immunitaires (leucocytes – lymphocytes – NK) de faire la douane. D’ailleurs, tout ce qui vit est doté de défenses contre des éventuels prédateurs, même les plantes en exhalant des parfums aromatiques.

Les barrières naturelles

              • La peau, dont le sébum est la première barrière de l’épiderme avant les couches profondes du derme. Se décaper sans cesse la peau avec des savons est une ineptie de l’asepsie totale qui tue la flore cutanée ; j’ai remarqué que les gens qui se douchent tout le temps avec les gels parfumés du commerce sont plus fragiles que ceux qui se contentent d’un rinçage à l’eau chaude et ne se savonnent pas régulièrement. Donc vive la crasse propre !
              • Le tube digestif, dont l’acidité gastrique est une première barrière solide avant d’arriver à la flore intestinale.
              • Les muqueuses nasales qui protègent le cerveau et le système broncho pulmonaire et qui doivent être en bon état, non enflammées et humides – à savoir que des muqueuses sèches ne fonctionnent plus. Et c’est là que nous en arrivons au port du masque…

Le masque : un filtre illusoire ?

La taille moyenne d’un coronavirus est de 20 nanomètres (= 20 millionièmes de mm = 2 centièmes de microns). Les lumières (espaces) entre les mailles des masques font parait-il 3 microns de côté. Il peut donc passer 150 coronavirus côte à côte, et au carré cela nous donne 22 500 virus par maille – en multipliant par le nombre de mailles que je ne connais pas cela doit donner des millions de virus pouvant passer simultanément.
J’espère que les masques chirurgicaux ne sont pas les mêmes…

Les effets collatéraux des masques

              1. – D’après les essais d’une vingtaine de laboratoires, nous subissons une perte de près de 20% d’oxygénation – or nos plus grands consommateurs constants au repos sont le cerveau et le cœur – pour ceux qui sont déjà en insuffisance respiratoire (qui respirent par la bouche au moindre effort) c’est catastrophique.
                Si de plus par malheur on se trouve dans une zone couverte par la 5G avec le 60 giga Hz branché, qui comme nous l’avons déjà vu, crée un oxygène excité partiellement inutilisable par l’hémoglobine du sang pour son transport, on peut craindre le pire !
              2. – Toujours par ces mêmes laboratoires, on apprend que nous recyclons ainsi 25 à 30% de notre CO² – d’où de possibles maux de tête, mais aussi une baisse des défenses immunitaires. Par contre, c’est à mon avis bon contre la spasmophilie.
              3. – Si vous inhalez un méchant virus grippal ou autre pathogène, au lieu de le rejeter au moins en partie, ceci limitant son agression, vous le recyclez sans cesse ce qui augmente dangereusement votre charge virale, et donc nécessite des forces immunitaires beaucoup plus importantes et un risque augmenté d’être très malade.
              4. – Il est dit que le port du masque en conduisant est dangereux, car il peut induire des étourdissements sur certaines personnes. Je veux bien le croire car j’ai appris que parmi des jeunes qui portent continuellement le masque (par choix personnel), certains tombent en syncope dans la rue…
              5. – Si l’on m’avait dit il y a quelques années que bientôt on serait interdit d’accès d’entrée dans une banque si l’on n’est pas masqué… j’aurais pris cela pour un gag !

Contradictions et inepties flagrantes

        • Quand il n’y avait pas de masques disponibles en France, on nous a dit qu’ils étaient inutiles.
        • Quand ils sont arrivés ils sont devenus indispensables et obligatoires, avec 135 € d’amende aux contrevenants.
        • De qui se moque-t-on ?

Certains me disent que les pays où tout le monde porte un masque (Japon, Corée du sud) sont ceux où il y a eu le moins de décès, Hong Kong y compris où 7,5 millions d’habitants vivent dans une forêt de gratte-ciels accrochés sur un pan rocheux, donc avec la plus forte densité de population au monde – mais ceci n’est qu’une interprétation, car dans ces pays il n’y a jamais eu de confinement généralisé – et l’on a pu constater que la mortalité a été maximale dans les pays confinés (Italie, France, Espagne…), donc manquant de solarisation.
En outre, on sait maintenant que les rayons UVB tuent instantanément le covid.

Par ailleurs, on nous dit qu’il y a des gens testés positifs qui n’ont aucun symptôme et qui sont donc dangereux s’ils ne portent pas de masque, ce qui revient à justifier le port du masque pour tous.
Or, différentes études statistiques de suivis de contacts de porteurs sains effectuées contestent cette allégation, et c’est même l’OMS qui le dit : Aucun positif asymptomatique n’a transmis la maladie.

Lorsque je vois des gens masqués qui font de la moto, du vélo, ou du jogging dans la nature ou mieux encore monsieur et madame masqués dans leur voiture (à qui j’ai envie de demander s’ils gardent le masque dans le lit), je me dis que ces peureux incapables de réfléchir par eux-mêmes sont déjà des esclaves dans l’âme et fiers de l’être.

Aux USA, pendant que le port du masque est rendu obligatoire dans les états majoritairement démocrates (vassaux du gouvernement profond sataniste et sauvagement anti Trump), Donald Trump a éjecté l’OMS, fait entrer massivement le traitement Raoult à disposition, déconfiné les gens en bonne santé et dispensé du port du masque.
A la grande et magnifique fête anniversaire de “l’Indépendance Day” des Etats Unis au Dakota du sud à Rushmore au pied de la montagne sculptée avec les célèbres têtes des quatre grands présidents d’Amérique (Washington, Lincoln, Jefferson, Roosevelt) la présence de Donald Trump et de sa femme Mélania a été un délire d’ovations lors de son discours … et ni lui ni personne des milliers de participants ne portaient de masque !

              • Nota : comme par hasard, silence radio total en France sur le reportage de 2h 25 de cet événement majeur à portée mondiale où il apparaît clairement que Trump est en train de faire aboutir le plan de libération de l’humanité que JF Kennedy avait initialisé, et qui lui avait coûté la vie. A noter que le président Trump a déjà fait l’objet – parait-il – de 25 attentats qui ont été à chaque fois déjoués…

Conclusion

              • Il est clair que ces mesures illogiques imposées ont pour but de nuire à la communication entre les personnes, à entretenir la méfiance des autres et la peur de la maladie (ce qui baisse les défenses immunitaires). Le but final est de toute évidence de faire accepter, voire réclamer « le vaccin miracle » et détourner l’attention de la généralisation de la 5G.
              • Enfin, on comprend mal que face à un plan avoué de dépopulation de la planète, il soit préconisé des mesures pour protéger les gens.
                Mes amis, vous voyez bien que depuis longtemps le mensonge est roi et que toutes les valeurs sont inversées. C’est pour cela que lorsqu’on vous dit d’aller à gauche, il faut aller à droite, et inversement, mais tous ensemble !

Devant des lois criminelles avérées,
le devoir du peuple est la désobéissance civique.

Source : Michel  Dogna.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>