Nantes. Xavier Dupont de Ligonnès retrouvé et arrêté en Écosse

Capture d’écran 2019-10-11 à 23.33.10

Assassin présumé de ses quatre enfants et de sa femme, à Nantes en 2011, Xavier Dupont de Ligonnès a été retrouvé et arrêté à l’aéroport de Glasgow (Écosse), ce vendredi 11 octobre en soirée, d’après une information du Parisien, confirmée à Presse Océan par une source proche de l’enquête.

Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté à l’aéroport de Glasgow (Écosse), d’après une information du Parisien, ce vendredi en soirée, ce qui a été confirmé à Presse Océan par une source proche de l’enquête.

En avril 2011, Agnès Dupont de Ligonnès, 48 ans, et ses quatre enfants, Arthur, 20 ans, Thomas, 18 ans, Anne, 16 ans, et Benoît, 13 ans, étaient retrouvés assassinés, leurs corps ensevelis sous la terrasse de la maison familiale du 55 boulevard Schuman, à Nantes.

L’affaire était devenue une fiction

Fugitif depuis huit ans, De Ligonnès a été appréhendé à l’aéroport de la capitale écossaise alors qu’il provenait de Roissy-Charles de Gaulle, voyageant sous une fausse identité. Il ne s’est pas opposé à son arrestation et a été trahi par ses empreintes digitales. Selon une information de Presse Océan, l’homme serait méconnaissable physiquement et c’est la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) qui l’a interpellé.

Sur internet, « XDDL » continuait de vivre et sa disparition brutale de fasciner. Depuis, des gens ont cru l’apercevoir à Turin, dans le Var, en Normandie…

La plateforme de streaming Netflix et M6 s’étaient emparés de l’affaire et en ont fait des fictions. Plusieurs thèses sur sa disparition ont fleuri depuis : un exil religieux, une vie cachée ou encore un suicide.

» DOSSIER PRESSE OCÉAN : Toute la chronologie de l’affaire De Ligonnès

Xavier Dupont de Ligonnès a passé cinq jours sur les routes de France après la tuerie. | PRESSE OCÉAN

EN 2017 : PRESSE OCÉAN RAPPELAIT LES DÉTAILS DE CETTE AFFAIRE

SIX ANS APRES, LE MYSTERE DEMEURE

C’était en avril 2011. Depuis, l’enquête n’a rien laissé au hasard. Mais l’unique suspect reste introuvable.

Mort ? Vivant ? Six ans après, la question divise toujours autant dans les dîners de famille comme chez les proches du dossier. Xavier Dupont de Ligonnès est suspecté d’avoir assassiné sa femme Agnès et ses quatre enfants, Arthur, Thomas, Anne et Benoît, en avril 2011, dans le domicile familial du boulevard Schuman, à Nantes. Les corps ont ensuite été enterrés sous la terrasse. Ce père de famille nantais a été vu pour la dernière fois quittant un hôtel de Roquebrune-sur-Argens (Var), le 15 avril 2011. Depuis, il est insaisissable.

« Un signalement dans le Var, forcément c’est alerte rouge ! »

Les colossales investigations de la police judiciaire de Nantes n’ont pas permis de détecter une fuite organisée et une destination. Tout a été épluché. Tout ce qui peut le relier à un endroit, partout dans le monde : amis, voyage, relations sentimentales…

Les communautés religieuses ont aussi été ciblées. Il y en a un très grand nombre dans le sud de la France, confie un proche de l’enquête. On ne peut pas être exhaustif. Des critères bien précis ont été retenus. Celles fréquentées par des membres de sa famille, par son ancien directeur de conscience, ou dans lesquelles il avait pu se rendre.

On travaille avec des services spécialisés comme la brigade nationale de recherche des fugitifs ou l’office central de la répression des violences faites aux personnes, explique cette même source. Avec tous les services enquêteurs, on a un maillage qui permet d’être très réactif en cas de besoin sur tout le territoire. Il y a parfois des gens qui lui ressemblent vraiment !.

En octobre dernier encore, les gendarmes de Montluçon ont effectué des vérifications suite au signalement d’un homme ayant des traits communs à ceux de Xavier Dupont de Ligonnès. Aperçu de nuit dans un casino de Néris-Les-Bains (Allier), le joueur a été retrouvé. Il ressemblait étrangement au suspect. Mais ce n’était pas lui.

55, boulevard Schuman, à Nantes, sur les lieux du crime. | PHOTO PRESSE OCÉAN ARCHIVES

Nous avons eu des signalements dans le monde entier, abonde notre interlocuteur. À chaque fois, des investigations sont réalisées. Nous prenons contact avec nos attachés de sécurité intérieure dans les ambassades concernées. Après, bien sûr, il y a des degrés en fonction de l’enquête. Un signalement dans le Var, forcément, c’est alerte rouge ! Si nous avons plusieurs signalements au même endroit, ça implique aussi plus de vigilance, même s’il faut se méfier des témoignages venant de personnes qui auraient pu se concerter.

D’autres aspects de l’enquête ont été travaillés de manière approfondie. Comme ces deux témoignages de personnes affirmant avoir vu Agnès de Ligonnès en vie, à Nantes, après le 4 avril. On n’établit rien formellement ni dans un sens ni dans l’autre. Mais, par ailleurs, tous les éléments d’enquête montrent qu’Agnès était morte à cette date : masque respiratoire du sommeil arrêté, plus aucune activité relevée nulle part, etc. Après, sur certains points précis, nous avons des convictions, mais pas de certitudes. On ne pourra jamais tout démontrer.

Carabines signalées

En revanche, rien n’est laissé au hasard. Il est par exemple acquis que Xavier Dupont de Ligonnès a hérité d’une carabine 22 Long rifle de son père, qui a servi aux assassinats. Toutes les armes de ce type, qu’elles soient retrouvées ou saisies partout en France, sont désormais signalées à la police judiciaire de Nantes. Une manière de se donner le maximum de chances qu’un infime indice permette un jour de trouver une piste sérieuse, au détour d’un des 120 000 feuillets que compte aujourd’hui ce dossier si singulier.

Les dates clés de l’affaire Dupont de Ligonnès

Nuit du 3 au 4 avril. Date probable du décès d’Agnès Dupont de Ligonnès et de trois de ses enfants, selon les légistes.

Nuit du 5 au 6 avril. Date probable du décès du dernier enfant. Xavier Dupont de Ligonnès quitte Nantes entre le 8 et le 10 avril.

15 avril. Après une nuit au Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, XDDL abandonne sa Citroën C5. Il n’a plus donné signe de vie depuis.

21 avril. Les enquêteurs découvrent les corps, boulevard Schuman à Nantes. Dans le même temps, la Citroën C5 est repérée.

10 mai. Le juge d’instruction délivre un mandat d’arrêt international à l’encontre de XDDL.

29 avril, 23 et 28 juin. De vastes opérations de recherches sont menées autour de l’hôtel Formule 1 et du rocher de Roquebrune-sur-Argens. En vain.

26 juillet. Perquisitions en série chez les proches et les amis du suspect.

Source : Ouest-France

Lire également : Le Monde – Xavier Dupont de Ligonnès arrêté en Ecosse

- L’Obs – Xavier Dupont de Ligonnès interpellé en Ecosse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>