Monnaie : Tatouée et en string à la gendarmerie

Est-il normal de se retrouver en string devant les forces de l’ordre ? C’est la question que pose Cécilia dans un courrier adressé à la NR. Elle explique avoir fait l’objet d’une suspension de cinq mois de son permis de conduire pour conduite en état d’alcoolémie. Elle reconnaît les faits et indique s’être rendue à la gendarmerie de Monnaie comme on l’en avait priée : « On m’annonce qu’on devait prendre mes empreintes ainsi que des photos. Pas de souci ! Les choses se sont corsées lorsque les gendarmes se sont rendus compte que j’avais des ongles très longs.  

« Maladroitement, ils ont essayé de prendre mes empreintes, ce qui s’est avéré douloureux. Aussi, ont-ils accepté que je le fasse toute seule mais sous leur contrôle. »

La conductrice est, par contre, tombée des nues lorsqu’on lui a demandé si elle avait des tatouages : « La procédure exige qu’on les prenne en photo. » Le problème, c’est que, des tatouages, Cécilia en est couverte. Pour d’évidentes raisons de pudeur, c’est une femme gendarme qui a été chargée de l’opération mais la conductrice n’en a pas moins trouvé excessif, voire dégradant, de « poser » en plein-vent, au bord de l’autoroute, pour des photos de profil « dignes d’une pub pour L’Oréal » avant de passer vingt minutes dans un bureau, en string « pour immortaliser chacun de mes tatouages ».

« J’ai demandé aux gendarmes ce qu’ils allaient faire des photos. Ils m’ont dit : «  Ça reste en interne, ne vous inquiétez pas !  » », sans, manifestement, parvenir à rassurer Cécilia.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>