Médaille aux soignants : la réponse sèche de Macron à un syndicaliste [Vidéo]

« Si vous n’en voulez pas, vous ne la prenez pas ! ». La phrase lancée par Emmanuel Macron à un syndicaliste qui l’apostrophait sur la médaille annoncée aux personnels soignants fait débat sur les réseaux sociaux. Nous nous sommes procuré la vidéo.

Ce vendredi 15 mai, Emmanuel Macron rencontrait avec son ministre de la santé, Olivier Véran, des acteurs du monde médical et des représentants syndicaux lors d’une visite surprise à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris.

« Vous pensez qu’on a vraiment besoin d’une médaille ? »

À la sortie de la réunion avec ses interlocuteurs officiels, le président salue des personnes dont des syndicalistes. L’un de ces derniers lui lance : « Vous pensez qu’on a vraiment besoin d’une médaille, la fameuse médaille qui a été annoncée ? ». Emmanuel Macron répond sèchement : « Si vous n’en voulez pas, vous ne la prenez pas ! ». Isolée du reste des échanges, cette petite phrase fait le buzz sur les réseaux depuis.

« Pour les militaires valeureux sur le terrain, les médailles, ça compte ! Si pour ces soignants, ça ne compte pas de se hausser au rang de ces guerriers qu’ils la laissent la médaille ! », abonde une internaute sitôt reprise sur Twitter : « Alors, on est soignant.e.s pas guerrier.e.s, donc en effet, la médaille on va pas la prendre. Prenez-la si vous voulez mais nous, ça a toujours été des moyens qu’on a demandé ». « Il y avait cent façons de répondre, Macron a choisi la plus agacée. Une séquence de communication ruinée en quelques mots », estime, quant à lui, Christian Delporte, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles.

Macron assure vouloir revaloriser « les salaires et les carrières »

Dans l’extrait vidéo que nous nous sommes procuré, le président poursuit en fait la discussion et évoque le décret signé ce même jour pour débloquer les primes attendues par les personnels soignants. S’en suit d’autres échanges avec des techniciennes de laboratoires, « un métier un peu de l’ombre », dit l’une des deux femmes qui expriment leur regret de ne pas voir leurs situations statutaire et salariale évoluer.

Emmanuel Macron les assure que « la logique dans laquelle on va rentrer est une logique de revalorisation des salaires. C’est un engagement pris à Mulhouse et je le tiendrai ». Il ajoute aussi qu’il faut une revalorisation « des carrières ». « Vous tenez le pays et je vous en remercie », conclut notamment le président.

Source : Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>