Marine Corps. Rebukes Pelosi: “WE DON’T WORK FOR YOU!” ( Marine Corps. Rébellion de Pelosi : « NOUS NE TRAVAILLONS PAS POUR VOUS ! » )

Pour ceux qui douterait encore du fait que Trump a été sollicité par l’armée pour détruire l’état profond qui l’a utilisée comme chair à canon pour ses profits exclusifs avec moultes trahisons comme l’affaire de Benghazi ou celle de l’opération anti Ben Laden ou H. Clinton/Obama ont fait exécuter ceux qui en savaient trop (affaire de l’hélico).

berger1-696x464

General David H. Berger, Commandant of the United States Marine Corps., refused House Speaker Nancy Pelosi’s request to use the Corps. to safeguard Biden’s Jan. 20 inauguration from Trump supporters and insurrectionists.

A Pentagon source speaking under promise of anonymity told Real Raw News that Pelosicontacted Gen. Berger late Monday night, and she beseeched him to commit 5,000 troops to help ensure a peaceful transition of power and to prevent a repeat of the Jan 6 siege of the Capitol. Gen. Berger, our source said, didn’t understand why Pelosi needed additional soldiers to augment an already impressive force assembled by federal and state officials. That force includes 15,000 National Guard from D.C., Delaware, Massachusetts, and Rhode Island, and an undisclosed number of FBI and DHS agents who arrived in D.C. Sunday night.

Pelosi said she wanted “battle ready” reinforcements because “radicalized Trump supporters and kooky Qanon conspiracy people” were about to converge on D.C.  She implored him to reconsider, arguing that it was the general’s patriotic duty to quell uprisings and guarantee Biden’s ascension to the Oval Office.

Her statement made the general explode, our source said.

“Don’t lecture me on patriotism, Madam Speaker. I’ve served this country with distinction for 40 years. I’ve spilled blood for our nation. What have you, a self-serving elected official, done for your country?” Gen. Berger said.

Pelosi further enraged him by saying he was answerable to Congress.

“I answer only to the president, and as I understand it, Donald J. Trump is still president and commander-in-chief. I abide in the Constitution as it was written, not your interpretation of it,” Gen. Berger admonished Pelosi.

Quoting our source, “When her intimidation tactic failed to sway Gen. Berger, Pelosi tried a different tactic: Begging and flattery.”

Pelosi claimed that the National Guard’s “weekend warriors” were ill-prepared to repel an army of “mad Trumpists.” Battle-hardened marines, however, were more capable of defeating “rabble rousers,” she said. “You have the best trained soldiers in the world, and America needs them.”

Gen. Berger was unmoved. The only way Marines would be deployed, he told her, was if President Trump himself issued that order.

“If you want us to help combat his supporters, I suggest you get him on the phone and tell him that. If he orders me to, I will. Otherwise, I suggest you listen really hard to the words escaping your cracked, poisonous lips; they’re tantamount to treason. We don’t work for you,” Gen. Berger allegedly told her.


Please help support alternative media. We follow the truth, wherever it leads. We reject absolutely big-tech and the narrow, dogmatic views of MSM. Although we are new to the arena, the MSM and its watchdogs–Snopes, Media Matters, Politifact, etc.–have waged war on us. We need your help to thrive, so that we can present important, unique news not found elsewhere.

Traduction avec DeepL :

Le général David H. Berger, commandant du Corps des Marines des Etats-Unis, a refusé la demande de la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, d’utiliser le Corps pour protéger l’inauguration de Biden, le 20 janvier, des partisans du Trump et des insurgés.

Une source du Pentagone s’exprimant sous la promesse de l’anonymat a déclaré à Real Raw News que Pelosicon a contacté le général Berger tard dans la nuit de lundi à lundi, et elle l’a supplié d’engager 5 000 soldats pour aider à assurer une transition pacifique du pouvoir et pour empêcher une répétition du siège du Capitole le 6 janvier. Le général Berger, selon notre source, ne comprenait pas pourquoi Pelosi avait besoin de soldats supplémentaires pour renforcer une force déjà impressionnante rassemblée par des responsables fédéraux et étatiques. Cette force comprend 15.000 membres de la Garde Nationale de D.C., du Delaware, du Massachusetts et du Rhode Island, et un nombre non divulgué d’agents du FBI et du DHS qui sont arrivés à D.C. dimanche soir.

Pelosi a déclaré qu’elle voulait des renforts « prêts au combat » car « les partisans radicalisés de Trump et les fous du complot qanon » étaient sur le point de converger vers D.C. Elle l’a imploré de reconsidérer sa position, arguant que c’était le devoir patriotique du général de réprimer les soulèvements et de garantir l’ascension de Biden dans le Bureau ovale.

Sa déclaration a fait exploser le général, selon notre source.

« Ne me faites pas la leçon sur le patriotisme, Madame la Présidente. J’ai servi ce pays avec distinction pendant 40 ans. J’ai versé mon sang pour notre nation. Qu’avez-vous fait pour votre pays, vous, un élu égoïste ? » Le Général Berger a dit.

Pelosi l’a encore plus enragé en disant qu’il était responsable devant le Congrès.

« Je ne réponds qu’au président, et si je comprends bien, Donald J. Trump est toujours président et commandant en chef. Je respecte la Constitution telle qu’elle a été écrite, pas votre interprétation de celle-ci », a réprimandé le général Berger.

Citant notre source, « Lorsque sa tactique d’intimidation n’a pas réussi à convaincre le général Berger, Pelosi a essayé une autre tactique : la mendicité et la flatterie.

Pelosi a affirmé que les « guerriers du week-end » de la Garde nationale étaient mal préparés pour repousser une armée de « trompettistes fous ». Les marines endurcis au combat, cependant, étaient plus capables de vaincre les « fauteurs de troubles », a-t-elle déclaré. « Vous avez les soldats les mieux entraînés du monde, et l’Amérique a besoin d’eux. »

Le général Berger est resté impassible. La seule façon de déployer des marines, lui a-t-il dit, est que le président Trump lui-même donne cet ordre.

« Si vous voulez que nous aidions à combattre ses partisans, je vous suggère de lui téléphoner et de lui dire cela. S’il me l’ordonne, je le ferai. Sinon, je vous suggère d’écouter très attentivement les mots qui s’échappent de vos lèvres fendues et empoisonnées ; ils équivalent à une trahison. Nous ne travaillons pas pour vous », lui aurait dit le général Berger.

Aidez-nous à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu’elle nous mène. Nous rejetons la technologie de pointe et les vues étroites et dogmatiques des MSM. Bien que nous soyons nouveaux dans l’arène, le MSM et ses chiens de garde – Espoirs, Médias, Politiques, etc. – nous ont fait la guerre. Nous avons besoin de votre aide pour prospérer, afin de pouvoir présenter des nouvelles importantes et uniques que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

Source : Real Raw News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>