Macron exclut de rétablir l’ISF et recadre sèchement Schiappa

LE SCAN POLITIQUE – Durant le Conseil des ministres, le président a exigé de ne «pas perdre la cohérence de ce qui a été fait depuis dix-huit mois». «Cela implique de ne pas tout détricoter bout par bout», a-t-il ajouté.

Rarement un recadrage aura été si violent. Alors que la secrétaire d’État à l’Égalité Femmes-Hommes, Marlène Schiappa, a cru bon d’ouvrir la voie à un rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), Emmanuel Macron lui a immédiatement adressé une fin de non-recevoir. Comme l’a appris Le Figaro, confirmant une information des Échos , le président a profité du huis clos du Conseil des ministres, mercredi matin, pour lancer: «Il ne faut pas perdre la cohérence de ce qu’on a fait depuis dix-huit mois. Cela implique de ne pas tout détricoter bout par bout».

L’intéressée, qui n’assistait pas à cette réunion gouvernementale, a été prévenue de la «colère» du président par l’un de ses proches. «Le chef de l’État considère que l’une des méthodes de l’action publique innovante consiste à évaluer les choix qui sont faits. Ce sera le cas de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), comme c’est déjà prévu par la loi. Si l’on s’aperçoit, à terme, que le but poursuivi par la réforme n’est pas atteint, alors nous regarderons comment améliorer le dispositif. Mais nous ne reviendrons pas à l’ISF dans sa forme d’avant», affirme un proche du président.

«Nous ne craignons pas le débat sur l’ISF pour une raison simple: le débat a été tranché»

Cette passe d’armes est liée à la sortie de Marlène Schiappa, qui est intervenue mardi soir sur France 3 pour indiquer que «si l’évaluation (de la transformation de l’ISF en IFI) montre que des capitaux ne sont pas suffisamment injectés dans l’économie française, (elle) proposerait de rétablir l’ISF». Non contente de cette déclaration, la secrétaire d’État est allée plus loin mercredi matin, puisqu’elle a publié un communiqué pour se féliciter que la position personnelle qu’elle a défendue ait été reprise par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

«Benjamin (Griveaux) a surtout été obligé de bricoler un truc en direct à la radio pour rattraper l’énorme bourde de Marlène (Schiappa)», déplore un proche du président, qui regrette que le porte-parole du gouvernement ait été contraint de réagir à chaud sur RTL à l’annonce de la secrétaire d’État. Quant à Édouard Philippe, qui a indiqué mercredi après-midi à l’Assemblée qu’il ne «craignait pas» le débat «nécessaire» sur l’ISF, sa position semble partagée par le président et ses proches. «Il a raison de dire que nous ne craignons pas le débat pour une raison simple: le débat a été tranché».

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>