Les pouvoirs publics lancent une campagne d’information en cas d’accident nucléaire

Publié le 17 septembre 2019 à 11h28

Depuis la catastrophe de Fukushima, la zone de précaution autour des installations nucléaires a été étendue à 20 kilomètres au lieu de 10. Plus de deux millions de Français devraient recevoir un courrier nominatif.

5f8cb39_DFguGekziOY9t0tAqwP5_NEqLa centrale nucléaire de Cruas-Meysse, en Ardèche.

A partir du mardi 17 septembre, près de 2,2 millions de Français devraient recevoir un courrier nominatif les invitant à se rendre en pharmacie pour y retirer une boîte de comprimés d’iode, ainsi que des indications sur les réflexes à avoir en cas d’alerte nucléaire. Selon Les Echos, ce sont quelque 646 pharmaciens, 3 077 médecins et plus de 1 000 mairies qui sont mis à contribution.

Cette campagne d’information sans précédent est la conséquence directe d’une mesure annoncée en 2016 par Ségolène Royal, alors ministre de l’environnement : l’extension du périmètre des plans particuliers d’intervention (PPI) autour des sites nucléaires en cas d’incidents. Passé de 10 à 20 kilomètres, ces PPI concernent donc aujourd’hui plus de deux millions de personnes, contre 600 000 auparavant.

D’après Les Echos, cette extension a pris plus de trois ans à être mise en œuvre parce que la liste des municipalités concernées a été longue à consolider. « Certains élus dont la commune est située au bord du périmètre ont dit non et d’autres, des élus verts notamment, voulaient absolument en être », explique un spécialiste, cité par le journal.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La transition énergétique devrait coûter 33 milliards d’euros sur quinze ans au réseau électrique

Un plan d’action actualisé après Fukushima

La France compte actuellement 58 réacteurs et 19 centrales nucléaires. En cas d’incident, les PPI prévoient l’information de la population, la mobilisation des hôpitaux, l’organisation d’une éventuelle mise à abri de la population, etc.

En 2011, la catastrophe de Fukushima a incité les pouvoirs publics à actualiser le dispositif de réponse. Le nouveau plan, présenté en février 2014, donne notamment aux pouvoirs publics la « capacité d’intervenir au-delà du périmètre des PPI si les effets d’un accident le nécessitaient », d’incorporer des « forces d’action rapides » ou encore de prendre en compte « la nécessaire continuité des activités économiques et sociales ».

Une partie de ce plan définit, en particulier, huit « situations types », d’une situation dite « d’incertitude » à des situations d’accident nucléaire avec rejets radioactifs, en passant par des accidents maritimes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Nucléaire : soudures, maintenance… EDF accumule les déboires

Source : Le Monde

Lire également :

- Futura sciences – La France abandonne son réacteur nucléaire de 4e génération

- Actu Environnement – EPR de Flamanville : la réparation des soudures coûtera 1,5 milliard d’euros

- BFM Business – EDF lance le projet de nouveaux EPR en France

- Le Parisien – Projet de scission d’EDF : pourquoi le prix de l’électricité devrait grimper

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>