Les affaires Fillon et Sarkozy relancent la question de l’indépendance de la justice

Les remous autour d’affaires politico-financières remettent sur le devant de la scène les éternels soupçons sur l’indépendance de la justice. Une très grande majorité de magistrats du parquet réclament une réforme de leur statut.

DLQ37FY3I7EOV56BGU3OKETEKYLes polémiques sur les affaires Fillon et Sarkozy ont provoqué un débat au sein de l’institution judiciaire. IP3 PRESS/MAXPPP/Vincent Isore

Par Timothée Boutry

Le 26 juin 2020 à 20h44, modifié le 27 juin 2020 à 07h25

Deux polémiques en une semaine, sur deux sujets sensibles. Avec les remous autour du suivi de l’affaire Fillon et l’émoi suscité par les méthodes employées dans l’affaire Sarkozy-Paul Bismuth, la justice pique sa crise. Dans la première, le président de la République a saisi le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour avis et, dans la seconde, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a commandé ce vendredi un rapport au parquet général sur la nature des investigations du Parquet national financier (PNF).

Le Point a révélé que le parquet avait procédé, dans le cadre d’une enquête parallèle cachée, à l’examen des relevés téléphoniques détaillées de nombreux avocats, provoquant l’ire des robes noires et les critiques à peine voilées de certains magistrats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>