Légionnaires et gendarmes en stage au camp de Carpiagne

Installé depuis le 11 juillet dernier au camp de Carpiagne, le 1er REC -Régiment Étranger de Cavalerie- ouvre une nouvelle page de l’histoire qui lie le camp à la ville de Carnoux

Légionnaires et gendarmes en stage au camp de Carpiagne

Le 1er REC et la Gendarmerie sélectionnent de futurs gendarmes d’intervention. De nombreuses épreuves sont au programme.

Photo M.D.

Installé depuis le 11 juillet dernier au camp de Carpiagne, le 1er REC -Régiment Étranger de Cavalerie- ouvre une nouvelle page de l’histoire qui lie le camp à la ville de Carnoux-en-Provence. Le régiment, très vite opérationnel, a enchaîné, après son installation, les nombreuses missions qui lui incombent. Cette semaine, la Gendarmerie Mobile de Marseille est venue effectuer, conjointement avec la Légion, un stage destiné à effectuer une sélection rigoureuse pour augmenter les effectifs de son peloton d’intervention.

Le commandant Benoît Fief, commandant l’escadron de Gendarmerie Mobile 11/6 de Marseille précise que « la gendarmerie est venue profiter des installations sportives, de ses entraîneurs, entre autres, que la légion met à sa disposition. Nous travaillons en étroite synergie. Il y a toujours, dans un peloton de gendarmerie, un peloton d’intervention qui a une vocation spécifique, et qui justifie un entraînement très poussé. Le nôtre regroupe actuellement 18 hommes ; nous voudrions passer cet effectif à 20 personnes. Il s’agit aujourd’hui de sélectionner les deux meilleurs sur une dizaine de  candidats volontaires au moyen d’un ensemble de tests« .

La tâche de ce peloton d’intervention est complexe car il s’agit, dans un contexte de maintien de l’ordre, de savoir adopter une riposte face à une situation donnée ; le gendarme doit être à même d’évaluer rapidement la situation, pour garantir la sécurité des personnes et la sienne tout en maîtrisant un potentiel adversaire. C’est ce qui explique, ajoute le commandant Fief, que « la sélection se fait sur des critères sportifs d’endurance, des critères psychologiques de gestion du stress, tout en sachant analyser la capacité à aborder un adversaire déterminé, qu’il s’agit de maîtriser sans armes ; cela suppose une grande maîtrise des arts martiaux, entre autres. Les candidats sont ensemble depuis 24 heures et ont effectué des épreuves nautiques, une marche de nuit et sont testés aujourd’hui sur leur potentiel sportif. »

Les responsables de la Gendarmerie Mobile de Marseille et de la Légion insistent sur le fait qu’ils travaillent en totale synergie et coopération, tant sur le territoire métropolitain qu’en opérations extérieures.

« Au-delà du maintien de l’ordre, notre mission, souligne le commandant Fief, est de mener une action coordonnée dans l’accomplissement d’une fonction avec l’armée, que ce soit dans n’importe quel contexte, qu’il soit intérieur au territoire national ou à l’extérieur. Notre escadron de gendarmerie est totalement imbriqué avec les unités de l’armée, que ce soit dans une mission de maintien de l’ordre, de sécurisation, de renseignements ou de dialogue avec les populations locales.«  Le 1er REC et la ville de Carnoux-en-Provence ouvrent ainsi, depuis quelques semaines, une nouvelle page de l’histoire locale.

Source : La Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>