Le Forum Gendcom et la voix des Gendarmes.

museli(Photomontage Ronald Guillaumont)

Le Forum Gendcom et la voix des Gendarmes.

Depuis quelques années, les gendarmes comme beaucoup de nos concitoyens ont pris l’habitude de surfer sur Internet et de participer à des débats ou discussions sur différents forums.

Au début quelques forums Police leurs ont ouvert leurs colonnes, puis des forums spécifiques aux gendarmes sont à leur tour arrivés. Il y  eut « Gendarmes en colères » puis en 2007 « Gendarmes et Citoyens ». Ce dernier  prenant de grandes proportions et n’étant, à l’époque, soumis à aucune censure ni limite, sauf celle de la bienséance, la DGGN fût dans l’obligation d’ouvrir  un contre-feu : Gendcom et son forum étaient nés.

Nous aurions pu croire que ce canal d’expression  serait totalement libre tel que son titre l’indiquait « Forum de Libre Expression ». Mais ce n’était pas le cas. Pour pouvoir y participer en lecture et en écriture il fallait montrer patte blanche. Non seulement le « Gendcomnaute » devait décliner son identité complète mais également son Nigend. La Liberté d’expression n’était pas aussi libre que l’administration centrale le laissait entendre…

En effet et pour ne citer que quelques commentaires  de « Gendcomnautes »  plus hardis que d’autres, voici ce que récemment nous pouvions lire :

-         le 15 octobre 2015 par S…..  « La majorité des gendarmes n’a tout simplement aucune confiance dans Gendcom. Triste ou pas, c’est la réalité. Le « Gendcomnaute » n’est ni anonyme, ni invisible. Alors il préfère souvent lire plutôt que participer parce l’annuaire via le nigend et le profil, ça calme très vite. ».

-         Le 23 octobre par J…. « … Le lendemain, j’étais convoqué dans le bureau de mon CDU ! Le tout, pour me demander de quel droit j’utilisais ce réseau pour poser ma question (dernier recours pour moi vu que personne n’avait de réponse au sein de mon unité). Pourtant, j’avais juste posé une question sur une coupure d’eau ! ».

-         Le 23 octobre par D…. « Est-ce la peur de  » l’oeil de moscou  » ????  il est vrai que certains se sont fait  rappeler à l’ordre par leurs Commandants d’unité directe ou par la ligne hiérarchique  après qu’il aient vu leur post…. ».

-         Le 23 ctobre par J….  «Et contre ce genre de comportement de la hiérarchie, on ne peut rien faire ! Pratiquement tous les forumeurs ont subi des retours de manivelles. Les plus courageux de nos chefs ont dit verbalement à leur subordonné ce qu’il pensait des interventions sur GENDCOM. D’autres, plus nombreux, ont fait ça dans l’ombre. Notation, contrôles, sous-entendus, voire même humiliation (j’ai les noms les dates et les faits), tout a été bon pour museler toute velléité de participer à ce forum. Et après on s’étonne, faussement naïvement, que peu de monde ose écrire ?  Un exemple ? J’ai écrit au mois de juillet 2012 une lettre qui continue à vivre sur ce forum. Vous n’imaginez même pas ce qui a été dit, dans mon dos bien-sûr, à ce sujet ; que je m’étais attribué le décès des filles, que j’en faisais trop, qu’il fallait tourner la page, et je passe les commentaires les plus blessants à mon égard. Même le DGGN de l’époque m’en avait touché deux mots, me demandant, très courtoisement d’ailleurs, d’arrêter de publier. J’ai d’autres exemples que je garde pour mes mémoires.

Bref, cet outil de communication est très bien pour ceux qui ont un emploi protégé, comme ………..moi, retraité ! Pour le reste, il faut rester dans la ligne éditoriale, opiner ou disparaître. Vous l’aurez compris, GENDCOM a été réalisé pour, d’abord, donner un cadre à la parole des gendarmes (GENDNET et GENDARMES ET CITOYENS devenant gênants) et ensuite,  faire connaître aux « sachant » l’état du moral des troupes.

Au fil des années qui suivirent différentes associations virent le jour :

  • - l’ADEFDROMIL (Association de Défense des Droits des Militaires) la plus ancienne (13 ans d’existence) mais insuffisamment connue des gendarmes et des militaires.
  • - l’Association Gendarmes et Citoyens (AG&C)  créée en 2008 et issue du forum éponyme.
  • - l’Association Professionnelle Gendarmerie (APG) créée en juin 2014.
  • - Puis GENDXXI créée au début de l’année 2015.
  • - Et la dernière en cours de création l’ADEFDROMIL-GEND présidée par le lieutenant Paul MORRA.

Le 02 octobre 2014,  la Cours Européenne des Droits de l’Homme condamnait la France pour non respect de l’Article 11 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Les droits d’association et les droits syndicaux des militaires sont reconnus par cette instance.

Toutes les associations  citées  plus  haut  ayant  accès  au  Forum  Gendcom,  les  sujets  traitant   de   «l’associatif » ont  été relégués dans un sous-forum spécifique nommé « Forum des Associations » avec bien entendu interdiction de tout prosélytisme en direction de celles-ci.

Quelques semaines plus tard,  nous constations les effets de cette relégation à tel point qu’un audacieux camarade se livra à un commentaire en titrant le forum des associations = mort du dialogue autour des associations.

Néanmoins et malgré ces aléas, certains gendarmes commencent à s’exprimer sur les APNM, de manière argumentée et sincère.  Aussi ai-je voulu, ici, mettre en avant la totalité du  texte et des réflexions de l’un de nos camarades, François THIRIET administrateur de l’association GENDXXI. Je me suis autorisé à faire une mise en page de ce texte, que  je soutiens, et que son auteur a baptisé :

« ET LA VOIX DES GENDARMES ? »

Les syndicats de police, unis comme jamais seront reçus prochainement suite à leur manifestation de ce jour. La parole de nos cousins policiers porte haut et loin.

Qu’en est-il de notre parole?

Ce ras-le-bol exprimé n’est-il pas celui-là même que nous ressentons, pour les mêmes raisons? Sommes nous en capacité de nous faire entendre?

Devons nous compter sur l’exception d’un général qui dégaine isolément et le paye cash? Devons nous compter sur notre dispositif de dialogue interne si apprécié des politiques? D’ailleurs, pourquoi l’apprécient-t-ils tant?

Certes la discussion constructive et policée a du bon. Jusqu’à un certain point tout de même. Qui parle pour nous? Qui va au carton dans un rapport qui, de fait, est un rapport de force? Notamment au plan de la communication médiatique, celle qui permet de prendre les citoyens à partie, de les impliquer et du coup, de contraindre les politiques à ne pas se contenter de discours destinés à nous endormir tranquillement.

Je crois qu’on peut répondre: PERSONNE.

C’est précisément dans ce genre de situation qu’on peut dire que nos instances n’ont pas les coudées franches et ne suffisent pas, qu’elles que soient leurs qualités intrinsèques et l’engagement réel et courageux de nombreux de ceux qui en font partie et que je salue sincèrement.

Quand la gendarmerie a réellement bougée lorsque ce fût indispensable?

Entendons nous bien, la gendarmerie bouge, est en mouvement, innove et évolue en permanence, en particulier sous l’impulsion de notre DG qui a apporté un vrai souffle à notre maison, mais après?

Cela suffit-il? A-t-il, à lui seul, le poids pour imposer aux politiques une certaine vision de la société, à travers le prisme de la sécurité et du traitement des forces de sécurité qui sont au quotidien au service de cette cause? Je dis, non!

Et je réponds à la question. La gendarmerie a bougé en 89 et en 2001. Il a fallu le courage de quelques uns, suivi bientôt par de nombreux autres. Mais aujourd’hui, de nouveaux droits nous ont été ouverts. Et puis?

Quelques mots à défaut de faire des phrases qui pourraient entraîner la disparition de ce post instantanément du présent forum:

Sous-forum, nouvelle loi, représentativité, militaires-citoyens, droit d’a………(*1) Ah, non, ce mot là je ne peux pas l’écrire, sinon c’est expulsion directe.

Il y a des camarades qui ont compris les enjeux et tentent de structurer quelque chose pour être en mesure, dans des moments pareils, de porter notre voix, nos problématiques, nos besoins, s’il le faut, en prenant le public à témoin, à travers les médias. C’est à utiliser avec modération, mais c’est absolument indispensable quand tout le reste ne suffit pas.

Je suis gendarme, militaire et fier de l’être. Je suis citoyen, Français, attaché à mon pays, à la démocratie mais aussi à nos valeurs, notamment de travail, de respect des lois et de la vie en société, à la valorisation de ceux qui travaillent honnêtement, à la préférence donnée aux forces de l’ordre et aux victimes face aux délinquants et aux voyous, à ceux qui payent leurs impôts et ne profitent pas honteusement du système face à ceux qui planquent leur revenus, ouvrent des comptes à l’étranger, se font octroyer des droits dont ils savent parfaitement qu’ils ne leurs sont pas ouverts…….

Je suis gendarme et je suis un citoyen à part entière. Je veux être respecté en tant que tel. Je veux que ma parole puisse être entendue, et pas simplement dans l’entre-soi et la discrétion, se félicitant de mesurettes ou de quelques pièces qui nous sont données comme si nous étions des mendiants à qui un euro suffit.

Je constate par ces mots que notre camarade a tout compris et  qu’ à la lecture de ce qui précède nous avons la preuve que seuls des retraités volontaires, libérés de toute contrainte et de toute pression, peuvent exprimer ouvertement et publiquement les attentes de nos camarades de l’active. Croire ou penser le contraire c’est se bercer de vaines illusions.

Ronald Guillaumont

président de l’APG

*1 – je pense que tous ont compris que notre camarade voulait écrire le mot « association ».

 

Moyens-de-faire-taire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>