Le contrôle d’un automobiliste mène les gendarmes à 560 pieds de cannabis, dans le nord de la Nièvre

pieds-cannabis_4540594Une (petite) partie de la plantation découverte mardi par les gendarmes nivernais.

Le test de stupéfiants positif d’un automobiliste a mené les gendarmes à une plantation quasi industrielle de cannabis, mardi 5 novembre.

Les gendarmes de l’escadron motorisé de la Nièvre procèdent à un contrôle routier mardi 5 novembre. Le dépistage de stupéfiants auquel un automobiliste du nord de la Nièvre s’est soumis s’avère positif. Ce n’est pas systématique en pareil cas, mais  les gendarmes décident d’accompagner l’automobiliste, 59 ans, à son domicile. Il a reconnu être consommateur régulier d’herbe et en détenir chez lui.

La perquisition s’avère fructueuse, et accroît également la curiosité des militaires : 425 g d’herbe de cannabis sont découverts dans la maison du quinquagénaire, mais aussi un nombre important de graines et de boutures de plants de marijuana.

Non loin de la demeure se trouve un hangar. Une visite s’impose aux militaires qui font alors une découverte stupéfiante, dans tous les sens du terme, dans la dépendance de l’habitation : deux chambres de culture parfaitement équipées de système d’éclairage, d’arrosage et de contrôle de température programmables, abritant une quantité improbable de pieds de cannabis.

Le potentiel annuel de rendement de l’installation avoisinerait le demi-million d’euros. Nous sommes en présence d’une vraie installation professionnelle.

Outre la marijuana sur pied, les enquêteurs découvrent 4,25 kg de cannabis déjà conditionné dans des sacs, pour une valeur estimée à  30.000 €.

Signe d’un marché en développement, la petite entreprise ne tourne pas encore à sa pleine capacité : une troisième chambre de culture est en cours d’aménagement.

Au terme d’un compte aussi méticuleux que fastidieux, précisément 560 pieds de cannabis sont recensés.

« Le potentiel annuel de rendement de l’installation avoisinerait le demi-million d’euros », estime Paul-Édouard Lallois, vice-procureur de la République de Nevers. « Nous sommes en présence d’une vraie installation professionnelle », observe le magistrat. « Avec ce matériel, l’atmosphère peut être quasi tropicale et rendre possible plusieurs récoltes dans l’année. »

La découverte a déclenché l’ouverture d’une enquête pour trafic de stupéfiants, confiée au groupement de gendarmerie de la Nièvre. Les investigations ont mené à un deuxième individu, d’origine étrangère, résidant dans un autre département bourguignon. Interpellé à son tour, il a été placé en garde à vue, suspecté d’être le propriétaire des chambres de culture et de leur production.

La garde à vue, prolongée par le juge des libertés et de la détention au-delà de quarante-huit heures a pris fin vendredi après-midi. Les deux hommes ont été présentés à un juge d’instruction et mis en examen. Leur placement en détention provisoire a été requis par le Parquet de Nevers. Ils encourent dix ans de prison.

Les investigations se poursuivront pour identifier toute autre personne liée au trafic et déterminer l’ampleur du trafic.

 

Source : Le JDC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>