La gendarmerie scientifique au collège Léon Blum

Les classes de 3e du collège Léon Blum ont participé à une journée de sensibilisation, dans le cadre de la semaine de la sécurité intérieure. Au programme : étude d’une fausse scène de crime. Gendarmes et professeur encadraient l’enquête. 130 élèves ont été concernés.

http://lvdnena.rosselcdn.net/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2017/10/10/node_237831/32892177/public/2017/10/10/B9713442359Z.1_20171010190735_000%2BGKP9UOQ9L.2-0.jpg?itok=bXF4vPBn

Samuel Allou et Franck Dumontier en train d’expliquer aux éléves de 3e le métier de la police scientifique.

Ce sont en tout 130 élèves du collège de Wavrin qui ont participé ce mardi à une démonstration d’analyse de scène de crime.

«  Du 11 jusqu’à 14, ce sont les journées de la sécurité intérieure, explique le major Franck Dumontier, adjoint à la brigade d’Hallennes-lez-Haubourdin, après une réunion avec les professeurs, nous avons pensé notre intervention en lien avec le programme scolaire de SVT  », ajoute-t-il. En classe, l’adjudant Samuel Allou, technicien en identification criminelle questionnait les élèves : «  Savez-vous ce que c’est un ADN ? Un chromosome ? C’est notre carte d’identité génétique. »

«  Nous avons pensé notre intervention en lien avec le programme scolaire de SVT. »

Théorie puis pratique avec l’analyse d’une scène de crime reconstituée. Pendant une heure, les deux gendarmes, sous le regard attentif des collégiens, expliquaient la démarche à suivre pour relever empreintes et indices.

Donner un sens réel à l’apprentissage

«  Les élèves intègrent ce qu’est l’ADN, les chromosomes, ce sont des notions qui renvoient directement aux leçons, l’important est de faire échos avec les études, comprendre que, ce que l’on apprend, à l’école est utile pour la vie et son métier  », assure François Verhoest, professeur de SVT.

Préparer l’orientation des 3e

Un point de vue partagé par le principal, Jean-Michel Audubert : «  Certains élèves ne perçoivent pas toujours le sens de leur présence à l’école, et le pourquoi d’une scolarité classique  », souligne celui-ci. «  Le concept, derrière ces ateliers, est de montrer l’adéquation entre ce qui se fait à l’école, et ce que l’on vit dans un métier. »

La 3e est un moment charnière dans l’orientation : «  Informer les élèves est crucial, ils doivent décider de leur orientation, et choisir la voie dans laquelle ils pourront s’épanouir en fin d’année scolaire.  »

«  Une moyen de lutter contre l’idée que ce que l’on apprend est inutile.  »

Un discours que l’établissement souhaite ancrer. «  Pour les élèves en difficulté ces actions font sens, elles permettent de faire comprendre à quoi sert le collège et pourquoi ils s’y sont, c’est un moyen de lutter contre l’idée que ce que l’on apprend est inutile  », affirme-t-il.

Dans un autre style, l’établissement fera un exercice de simulation d’attentat la semaine prochaine.

Source et Diaporama : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>