Indre La gendarmerie se barricade

Quinze énormes plots en béton ont été déposés devant l'entrée de la gendarmerie il y a une semaine. - Quinze énormes plots en béton ont été déposés devant l'entrée de la gendarmerie il y a une semaine.

  Quinze énormes plots en béton ont été déposés devant l’entrée de la gendarmerie il y a une semaine.

Suite aux derniers attentats, le corps d’armée a décrété un renforcement des mesures de sécurité passive autour de ses casernes dans l’Indre.

Impossible de les louper : depuis une semaine, une quinzaine d’énormes blocs de béton, de deux tonnes chacun, trônent devant la caserne Chartier, à Châteauroux. Posée gratuitement, mardi 19 juillet, pour une durée indéterminée, par les services de Châteauroux Métropole à la demande de la gendarmerie, cette véritable ceinture entoure le bâtiment en préfabriqué qui fait office d’accueil et condamne, de fait, les deux tiers du petit parking adjacent.

Empêcher une voiture-bélier

L’objectif est clair, après l’attentat de Nice : empêcher une voiture-bélier de forcer le passage de ce qui peut s’apparenter comme un lieu représentant la force publique et donc, une cible hautement symbolique pour des terroristes. Ces quelques tonnes de béton constituent la partie la plus visible d’un dispositif dit « de renforcement des mesures de sécurité passive » mis en place par la gendarmerie dans le département, mais accompagnent tout un panel de mesures bien plus large : renforcement des patrouilles à pied et en voiture, fermeture des grilles d’accès ou encore contrôles systématiques aux entrées des casernes.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>