HAUTE-SOMME Katie veille sur sa rue avec beaucoup de vigilance

Katie Begliomini joue le rôle de « voisine vigilante » depuis quelques mois dans son village d’Assevillers. La mère de famille s’investit à 100 % dans cette nouvelle fonction.

<br />
Katie Begliomini est «<br />
voisine vigilante<br />
» à Assevillers, près de Chaulnes, depuis quelques mois.<br />

Katie Begliomini est « voisine vigilante » à Assevillers, près de Chaulnes, depuis quelques mois.

Lorsque vous rendez visite à Katie Begliomini, il ne faut pas vous vexer si elle passe devant vous et vous ferme la porte au nez. Ses habitudes de « voisine vigilante » l’ont désignée pour devenir référente du dispositif de Participation citoyenne, mis en place depuis quelques mois dans sa petite commune d’Assevillers, près de Chaulnes. Celle qui est également élue a été choisie par le maire, Michel Guilbert, pour devenir un des quatre « voisins vigilants » de la commune. «  Il estimait que nous avions servi d’exemple lorsque notre maison a été vandalisée, en juin  », avance celle qui vit dans la rue de Belloy, la voie menant vers l’aire de repos de l’autoroute A1.

C’est justement de là qu’était venu le danger, une nuit de printemps. Un homme de 26 ans, sous l’emprise de drogues, a cassé la vitre de la véranda de la maison familiale, après avoir été mis en fuite par un voisin, chez qui le gêneur était déjà passé. «  Nous nous sommes tous rassemblés et ensuite nous l’avons rattrapé. Puis nous avons appelé les gendarmes qui sont arrivés au bout de quarante-cinq minutes.  »

« Donner un coup de main aux gendarmes »

La femme ne veut pas non plus céder à la psychose. «  Nous habitons ici depuis seize ans et nous n’avions jamais eu de problème. » Mais depuis quelques mois, elle prend son rôle de « voisine vigilante » à cœur et ouvre l’œil en permanence, en compagnie d’un voisin, lui aussi nommé par la municipalité. Ceux qui partent quelques jours les préviennent et les cambriolages reviennent régulièrement dans les conversations. Surtout que la rue débouche sur l’autoroute, qui peut amener des inconnus. «  Quand nous voyons quelqu’un que nous ne connaissons pas, nous regardons s’il s’arrête, s’il marche droit, avance Katie Begliomini. Ça permet de donner un coup de main aux gendarmes, qui sont un peu surmenés.  »

Pour le moment, l’habitante estime n’avoir repéré aucun cambrioleur et, d’ailleurs, il n’y a eu aucun vol depuis l’été dans le village. «  Pour le moment, nous avons été épargnés  », se satisfait le maire, Michel Guilbert. Mais la vigilance demeure. «  Une fois, nous avons vu un homme qui photographiait les maisons. Nous en avons parlé à la gendarmerie, mais nous ne savons pas ce que ça a donné, regrette Katie Begliomini. C’est vrai, il y a le secret professionnel, mais ils ne nous donnent pas d’infos.  »

Difficile de faire plus concerné que l’habitante, qui espère que le projet d’installer la vidéosurveillance dans la commune aboutira. À Assevillers, on ne badine pas avec la sécurité, comme le confirme Michel Guilbert. «  La sous-préfecture nous avait promis des pancartes Voisins vigilants, mais nous n’avons pas encore eu de nouvelles.  » Mais, pas de problème, ces derniers sont bien là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>