GendNotes, la nouvelle application des gendarmes, contestée au Conseil d’État

Mardi 2 juin, deux associations ont déposé un recours auprès du Conseil d’État à propos de l’application GendNotes. Elle ne respecterait pas les libertés individuelles. MjAyMDA2YTlkMTE0OWYwYzU3NDdjOWI0MDE2NTdkNGZjZWM4YTU

Deux associations ont déposé un recours auprès du Conseil d’État à propos de l’application GendNotes, nouvelle application des gendarmes. | ARCHIVES THIERRY CREUX, OUEST-FRANCE
En février dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, a signé un décret concernant GendNotes, une application mobile de prise de notes destinée aux gendarmes,  une version informatique du carnet manuscrit , précise la gendarmerie. Mais ce mardi 2 juin, deux associations ont déposé un recours au Conseil d’État : Internet Society France qui défend les droits des internautes et HES (Homosexualités et socialismes) pour ceux des homosexuels. Toutes deux dénoncent les dangers pour la vie privée des citoyens.Données sensibles renseignées

Selon Nicolas Chagny, président de l’Internet Society France,  l’application est présentée de façon un peu simpliste comme une numérisation du carnet de notes du gendarme . Mais l’État a indiqué que les fichiers des gendarmes sur cette application pourront contenir des  données sensibles . Selon le président de l’association,  cela signifie que les données comme l’opinion politique, l’appartenance à un syndicat ou encore l’orientation sexuelle pourront y figurer .

La crainte d’un « fichier homo »

C’est pour cette raison que l’association HES fait partie du dépôt de recours. Lennie Nicollet, de l’association, ne décolère pas :  On ne peut pas accepter qu’il y ait une sorte de retour des fichiers homo . De plus, ces fichiers seront accessibles par un certain nombre de personnes d’autorité, notamment les maires si besoin.  Comment faire en sorte que ces données-là ne soient pas utilisées par des maires d’extrême droite , s’inquiète le membre de HES. Mais pour la gendarmerie, l’application va permettre de  collecter des données sensibles lorsque c’est nécessaire notamment dans le cas d’infraction à caractère homophobe, raciste… 

L’interconnexion pose problème

Mais le  problème fondamental de cette application est sa capacité d’interconnexion , explique Nicolas Chagny. En effet, les données présentes dans ce fichier vont pouvoir être  déversées  dans d’autres fichiers numériques.  Il pourrait y avoir détournement de finalité , précise de président de l’association.  On pourrait imaginer que ça s’interconnecte avec, par exemple, le fichier national qui permet de gérer les ressortissants étrangers ou le fichier des antécédents judiciaires… .

Un décret trop vague ?

La gendarmerie précise que ce décret  a été soumis à la Cnil , la gardienne des libertés individuelles des Français face aux fichiers et traitements informatiques. Avec ce recours, les deux associations espèrent que le Conseil d’État  reconnaisse que ce décret est trop vague, qu’il ne précise pas assez celui qui a accès aux fichiers, la conservation des données, les types de champs remplis, quels usages sont destinés…

Source : Ouest-France

What do you want to do ?

New mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>