Gendarmerie. Huit Vannetais en renfort tout l’été

le-detachement-de-surveillance-et-d-intervention-dsi-vient_4106542_540x271pLe Détachement de surveillance et d’intervention (DSI) vient renforcer la communauté de brigades (Cob) de Port-Louis-Étel. La visite du général est une reconnaissance de l’importance de cette présence, tant pour les gendarmes que pour les élus

 

Ils sont arrivés depuis le 9 juillet et devraient rester en poste jusqu’au 31 août. Les huit gendarmes de l’escadron de la gendarmerie mobile de Vannes forment le Détachement de surveillance et d’intervention (DSI) qui vient renforcer l’effectif de la communauté de brigades (Cob) de Port-Louis-Étel. Des gendarmes de la Garde républicaine sont aussi déployés à cheval sur Erdeven. Un effectif en baisse depuis deux ans en raison des nombreuses sollicitations dont font l’objet les escadrons le reste de l’année avec les plans Vigipirate, Sentinelles. Mais un renfort qui permet de répondre, sur le secteur, à l’augmentation de population qui est multipliée par dix sur le territoire des quinze unités de la compagnie de Lorient, forte de 210 militaires. Depuis trois ans, ils sont hébergés dans des bungalows mis en place pour l’occasion sur le site de Kerdurand, le coût de cet accueil étant réparti entre (presque) toutes les communes couvertes par la Cob au prorata de leur population à l’année. Le DSI a eu, vendredi, la visite du général de brigade Philippe Reul, commandant en second de la région Bretagne.

Il a insisté sur l’importance de cette présence des différentes forces qui constituent la gendarmerie : la brigade territoriale, la mobile et les réservistes. « La gendarmerie est un tout, dont la force est le contact et la proximité ». Et de rappeler que le gendarme est « là pour rassurer et non pour faire peur ».

La visibilité est donc l’une des cartes de ce DSI qui est reconnaissable par ses tenues noires. Il intervient principalement en soirée et la nuit pour la surveillance, la prévention et le cas échéant, la répression. « Sa présence permet d’avoir une forte capacité d’intervention tout en régénérant le potentiel de gendarmes sur le secteur, qui ont été particulièrement sollicités avec la Fête nationale, les 400 ans de Port-Louis, le Tour de France, la Coupe du monde de football, sans oublier le Festival interceltique. En deux mois d’été, ce sont 30 à 40 % de nos missions qui sont effectuées ». Jean-Michel Bonhomme, le maire, et son adjoint, Claude Rivalain, ont pour leur part rappelé leur attachement à cette présence estivale qui conforte l’ancrage de la gendarmerie dans la commune où sera construite la future brigade qui remplacera celle de Port-Louis.

Source : Le Télégramme

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>