Etat de vigilance maximum dans les commissariats et les compagnies de gendarmerie contre la propagande djihadiste

Discours intransigeant, comportement de rupture, marginalisation. Ce sont les signes de l’endoctrinement. Ceux qui le constatent doivent le signaler.

© Reunion1ere

Dans les commissariats et les compagnies de gendarmeries, des personnels ont été formés à l’écoute. Leur rôle est de déceler avant qu’il ne soit trop tard un cas d’endoctrinement qui pourrait conduire un jeune à commettre des attentats.

Le numéro vert a été mis en place en avril 2014. Il n’a pas empêché les départs pour le djihad mais le dispositif a prouvé son efficacité. Un site internet  a été créé pour sensibiliser le grand public après les attentats de janvier à Paris.

A La Réunion 48 cas de radicalisation ont été signalés. 15 personnes sont surveillées

En images avec Michelle Ozoux, Alexandra Pech et Hamada Boura
En interview

  • Alain Cazanove, chargé de communication à la Direction Départementale de la Sécurité Publique (DDSP)

Si Internet est le canal de recrutement privilégié des terroristes, les recruteurs ne négligent pas le terrain.
Selon les chiffres officiels 8 Réunionnais se sont envolés vers la Syrie.
Après la mort d’un saint-andréen,  Nassirdine 23 ans, premier Réunionnais à mourir au Djihad, les langues se délient.
Les jeunes qui l’ont connu affirment avoir été approchés par un recruteur.

En images avec Hakime Ali  Saïd. Alexandra Pech et Hamada Boura
En interview:

  • Un ami de Narssirdine

 

Source : Réunion 1ère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>