Disparition de Maëlys: « Nous demandons au suspect de révéler ce qu’il sait »

Les parents de la petite Maëlys, 9 ans, disparue le 26 août 2017, lors d'une intervention devant la presse le 28 septembre 2017 à Lyon.
Les parents de la petite Maëlys, 9 ans, disparue le 26 août 2017, lors d’une intervention devant la presse le 28 septembre 2017 à Lyon.

PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP

Plus d’un mois après la disparition Maëlys, les parents de la fillette de 9 ans ont décidé de prendre la parole ce jeudi. Ils veulent que le suspect s’exprime enfin.

C’est la première fois qu’ils apparaissent publiquement. Les parents de Maëlys, la fillette disparue depuis plus d’un mois, ont décidé de sortir de leur silence ce jeudi. Lors d’une conférence de presse, Joachim et Jennifer ont lancé un appel à Nordahl L., le seul suspect interpellé, qu’ils ont rappelé ne pas connaître avant le mariage.

ENQUÊTE >> Disparition de Maëlys: l’étrange communauté virtuelle des apprentis détectives

« Au vu des dernières révélations du dossier et de son attitude étrange lors du mariage, nous lui demandons de révéler ce qu’il sait. Son comportement depuis le début de l’enquête ne nous convainc pas de sa bonne foi », ont clamé les parents, émus aux larmes.

Ils évoquent l’existence d’ »indices graves et concordants », prouvant l’implication de cet homme de 34 ans qui nie les faits. « Nous lui demandons de coopérer avec la justice et de dire tout ce qui s’est passé la nuit-là. Il doit sûrement lui aussi se poser beaucoup de questions et réfléchir depuis sa cellule », a lancé la maman de Maëlys.

Une « attente insupportable »

La fillette a été aperçue pour la dernière fois dimanche 27 août vers 3h du matin, alors qu’elle assistait à un mariage dans le nord de l’Isère. Les recherches intensives des gendarmes, menées aux alentours de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin et dans divers points d’eau, n’ont jamais permis de retrouver la trace de la fillette. Les parents ont aussi déploré « l‘incendie de la gendarmerie de Grenoble » la semaine passée, qui a « failli détruire des preuves importantes ».

Lors de cette conférence de presse, ils ont aussi expliqué qu’ils se retrouvaient face à une « attente insupportable ». Et assurent ne pas avoir pris la parole avant, afin expliquent-ils, de « protéger l’intimité notre vie privée, celle de notre fille aînée et de nos proches ». « Nous nous battons pour retrouver notre fille qui va avoir 9 ans le 5 novembre », ont-ils aussi indiqué.

Décrivant Maëlys comme une fillette « généreuse », qui « pense que tous ceux qui aiment les animaux sont dignes de confiance », Joachim et Jennifer de Araujo ont fait part de leur souffrance. « Elle nous manque terriblement, nous pensons à elle chaque jour, chaque seconde et espérons que cet appel sera utile », ont conclu les parents de la fillette disparue.

Leur avocat Me Fabien Rajon a expliqué cette volonté de parler un peu plus tard sur BFMTV: « Je voyais qu’ils souhaitaient s’exprimer, faire part de leur vérité, de leurs souffrances, dire qui était Maëlys et lancer un appel pour la vérité ».

Le suspect nie son implication

Grâce aux avancées de l’enquête et aux multiples auditions des invités, un suspect a été interpellé une semaine après la disparition de Maëlys. Nordahl L., un homme de 34 ans, a été mis en examen et écroué pour « enlèvement et séquestration ». Il continue de nier son implication dans cette affaire. Pourtant, plusieurs éléments l’accablent. Au cours de la soirée de mariage, cet ancien dresseur de chiens s’est absenté à trois reprises de la soirée.

RÉCAP’ >> Violences, fuite, trajets… Ce qui est reproché au ravisseur présumé de Maëlys

Il a également nettoyé avec force son véhicule, dans lequel de l’ADN de la fillette a été retrouvé, au lendemain de la soirée. Enfin, un téléphone dont il avait caché l’existence aux enquêteurs a « borné » à trois reprises hors de la salle des fêtes.

« Ils ne sont pas particulièrement convaincus par ce qui a été dit pour sa défense et ils ont été interpellés par son attitude pendant le mariage », a ajouté l’avocat des parents, Me Fabien Rajon. « Ils sont très éprouvés, il y a de la dignité mais il y a de la souffrance », a-t-il aussi précisé, au sujet de ses clients.

Source : L’Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>