Des gendarmes au coeur de l’action 24 heures sur 24

Les hommes du CORG sont des gendarmes expérimentés qui ont l'habitude des situations délicates.

Les hommes du CORG sont des gendarmes expérimentés qui ont l’habitude des situations délicates.

ls répondent à tous les appels, 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Les militaires affectés au centre opérationnel sont des gendarmes expérimentés.

our être affecté au centre opérationnel de la gendarmerie, il faut généralement qu’un gendarme ait déjà effectué au moins cinq années sur le terrain. Cette bonne connaissance des situations concrètes auxquelles la gendarmerie est confrontée quotidiennement est essentielle pour les militaires chargés de répondre à tous les appels, de jour comme de nuit.
Dans une salle perchée sous les toits du groupement de gendarmerie d’Indre-et-Loire, quatorze gendarmes se relaient en permanence pour assurer le fonctionnement du CORG (*). C’est ici que parviennent tous les appels passés au 17 mais aussi les coups de fil donnés à toutes les brigades du département en dehors des horaires d’ouverture. Soit environ 100.000 appels par an.

« Les gendarmes du CORG ont une culture de l’intervention et du secours, explique le lieutenant-colonel Percie du Sert, officier de communication du groupement. Ce travail réclame beaucoup de tact ; il faut savoir analyser les situations, souvent les apaiser… »
Soudain, le standard s’affole… La passagère d’un bus qui circule sur l’autoroute appelle pour signaler le comportement suspect d’un automobiliste. Sur l’autre ligne, les pompiers signalent un accident à Bourgueil.
Immédiatement, le gendarme en faction vérifie la position de la patrouille la plus proche pour l’envoyer sur les lieux de l’accident. « Dès qu’une intervention débute, les gendarmes du CORG ouvrent une fiche de renseignement, ajoute le lieutenant-colonel Percie du Sert. Ils suivent ainsi toute l’intervention du début à la fin. »
En cas de besoin, les hommes du centre peuvent déclencher l’engagement de moyens spécifiques comme l’hélicoptère pour retrouver la trace d’un véhicule en fuite ou la brigade fluviale lors de recherches sur les cours d’eau ou encore d’un chien capable de retrouver une personne disparue…

«  Il faut pouvoir se compléter  »

Les effectifs du centre opérationnel de la gendarmerie sont évidemment en lien avec les policiers de la salle d’information et de commandement du commissariat ou les pompiers du centre opérationnel départemental d’incendie et de secours. « Il faut pouvoir se compléter : par exemple, si une course-poursuite commence en zone police et se prolonge en zone gendarmerie », indique le lieutenant-colonel Percie du Sert.
Problèmes de voisinage, tapages, cambriolages, rixes, vols… chaque situation réclame une attention particulière. Et les temps morts sont généralement de courte durée.

(*)CORG : centre opérationnel et de renseignement de la gendarmerie.

en savoir plus

Quatorze gendarmes sont affectés au centre opérationnel et de renseignement de la gendarmerie à Tours. Un effectif qui permet chaque jour au CORG de disposer d’au moins deux militaires en permanence. Ils sont en revanche trois entre 19 heures et 24 heures, aux heures de pointe sur les routes et au standard.

Caroline Devos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>