CULTURE : C’est une école où l’honneur tient parole. LIBRE OPINION du Général (2s) Gilbert ROBINET.

general_robinet_pour_site_asaf_17f5a9b02db68fee3402ac46bf66c6cc

Rares sont les militaires qui, toutes générations confondues, ne connaissent pas Jean-Pax Méfret et cela même si, dans les casernes, il y a à peine  trente ans, les cassettes de ses chansons circulaient pratiquement sous le manteau. Pour ma part, mon initiateur fut un jeune sergent du régiment que je commandais alors, avec le grade de colonel, lors du pot qui suivit la cérémonie de sa dissolution et où les cœurs s’épanchaient.

Aujourd’hui, il est toujours impossible de trouver ses albums à la FNAC, mais les réseaux sociaux lui procurent une petite notoriété. En revanche, quand une salle accepte de lui ouvrir ses portes, ce qui arrive rarement, il la remplit. Il en fut ainsi à l’Olympia en 2012, au Casino de Paris en janvier 2018 ou au théâtre Montansier de Versailles le dimanche 27 mai dernier. Vous aurez noté la fréquence très lâche de ces apparitions comme l’absence totale de  publicité les précédant.

L’ancien journaliste de Minute, de L’Aurore ou encore du Figaro Magazine, emprisonné à Rouen en 1962 en tant que membre de l’OAS est le premier surpris de chanter à guichets fermés car dit-il : on ne peut pas dire que je fasse la une des médias et que mes chansons soient matraquées à la radio. Ajoutons à cela qu’aujourd’hui encore écouter Jean-Pax Méfret signifie pour une certaine intelligentsia appartenir à une caste un peu sulfureuse.

Pourtant cet homme est avant tout un artiste de talent. Auteur et compositeur, il interprète ses chansons avec une voix chaude et virile qui est en harmonie avec les sujets graves qu’elles évoquent. S’il a des convictions liées à son histoire personnelle, ce n’est pas un idéologue. Il serait plutôt un libertaire, un peu idéaliste, qui refuse toutes les étiquettes. En revanche, ce qu’il épouse sans restriction c’est l’Histoire de France dans son ensemble qu’il refuse, selon son expression, de « passer au tamis » et qui ne mérite pas, selon lui, de susciter une quelconque repentance.

Selon moi, dussé-je, en l’écrivant, heurter quelques esprits  bien pensants, Jean-Pax Méfret est un patriote qui ne cesse de crier l’Amour pour son pays, la France, à laquelle il associe son Algérie natale qu’il a dû quitter avec déchirement et pour les hommes qui le serve ou l’ont servi. Ses chansons ont pour titre Camerone, Sainte-Mère-Eglise, Diên-Biên-Phu, leVieux Soldat. Lors de son concert du 27 mai, le chanteur de 73 ans a commencé son spectacle avec son dernier tube, Noun, qui rend hommage à une chrétienne d’Orient qui survit à un attentat. Et puis, il y a aussi C’est une école qui rend hommage à Saint-Cyr, cette école où l’Honneur tient parole et écrite à la demande des Saint-cyriens de la promotion Général Bethouart (2000-2003) pour célébrer le bicentenaire de l’École…

Mais, Jean-Pax a écrit aussi de nombreuses chansons sur des faits de société, inspirées de sa vie de journaliste et grand reporter comme  La Colère contre la violence en banlieue ou  À qui la faute sur l’affaire du sang contaminé.

En définitive, Jean-Pax Méfret est inclassable. Cependant, l’auteur compositeur qui a aussi enregistré Le Chant des partisans, est bien un patriote tourné vers le respect de certaines valeurs, comme l’honneur ou la fidélité, ou institutions nationales telles que l’armée qui tient une place de choix dans son œuvre. Tout compte-fait, s’il en avait le temps, il pourrait être adhérent-militant de l’ASAF.

Gilbert ROBINET
Officier général (2s)
Secrétaire général de l’ASAF

Source : ASAF

bandeau-Asso-APG-1024x91

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :  Afin d’illustrer les propos du général  ROBINET, nous vous proposons deux vidéos de l’auteur, compositeur et interprète Jean-Pax Méfret

JEAN-PAX MÉFRET A L’OLYMPIA : Dien Bien Phu (version intégrale)

Le 7 mai 1954, après 57 jours de combat, le camp de Dien Bien Phu tombe aux mains des soldats vietminh. Cette bataille a coûté la vie à plusieurs milliers de soldats français. 11 721 autres sont capturés et envoyés en camp de « rééducation ». Plus de 8 000 n’en sont jamais revenus. En hommage, Jean-Pax Méfret a interprété DIEN BIEN PHU sur la scène de l’Olympia.

« Le vieux soldat » composée par Jean-Pax Méfret ♥♥♥ღ¸.•°*♥ , auteur, compositeur et interprète.

Les paroles décrivent avec force les blessures infligées au drapeau français par des hordes d’individus sans foi ni loi, issus d’une immigration incontrôlée, qui après avoir profité des bienfaits que la république leur a généreusement accordés, cherchent, tels des animaux mordant la main qui les a soignés et nourris, à souiller et détruire par tous moyens, les symboles les plus nobles de la France.

Tout cela, lors de manifestations qualifiées de « ludiques », selon l’appréciation bienveillante de la ministre de la justice, et devant des forces de police au désespoir de devoir rester passives, obéissants aux ordres reçus de leur préfet.

L’émotion suscitée par des actes aussi infâmes est toujours vive chez les Français, et particulièrement chez ceux qui ont combattu pour leur patrie, sur tous les champs de bataille, tant en France que sur les théâtres d’opérations extérieures, et qui, au soir de leur vie, contemplent avec une infinie tristesse, sur leur propre sol, ce déferlement de lâcheté et de haine qu’ils ne peuvent comprendre, ni pardonner.

Jean-Pax Méfret, avec beaucoup de talent et de mesure, employant des mots justes et forts, et sans haine, chante le courage des soldats et leur engagement, et appelle au respect du drapeau et de notre hymne national.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>