Covid-19 : la France prête à accueillir des malades belges, suisses et italiens

Tiens, il paraît que nos hôpitaux sont saturés et qu’on est obligés de transférer nos malades !?

————————————-

La France tend la main à trois pays frontaliers pour hospitaliser des patients atteints du coronavirus dans les services d’urgence français

TUQEPCWWNWRFZMSOH7SFKRDEUMLes hôpitaux franciliens sont prêts à recevoir des malades étrangers.  LP/Arnaud Journois

Par Florence Méréo et Marcelo Wesfreid

Le 19 novembre 2020 à 18h09, modifié le 19 novembre 2020 à 18h45

« Merci à nos voisins européens. La solidarité européenne sauve des vies. » En mars dernier, Emmanuel Macron avait remercié dans un tweet les efforts des pays limitrophes, notamment l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg. Trois pays qui avaient ouvert leurs hôpitaux aux malades français au printemps, alors que les capacités en réanimation étaient saturées dans l’hexagone.

Cette fois, c’est au tour de la France de rendre la pareille. Selon nos informations, la France tend la main à la Belgique, à l’Italie et à la Suisse. Ce dernier pays, relativement épargné au printemps, est confronté à une deuxième vague très virulente de l’épidémie, en Suisse Romande notamment, où les services de réanimation sont saturés depuis mardi dernier.

La tension reste forte dans les hôpitaux français

Le sujet a été évoqué mercredi en conseil de défense et lors de la réunion gouvernementale, à Matignon. « Si on arrive à renforcer les liens entre Européens à l’occasion de cette épreuve, ce sera une bonne chose », se félicite un membre du gouvernement qui reste très prudent. L’exécutif rechigne à communiquer sur cette offre auprès de nos voisins pour ne pas laisser à penser que la situation sanitaire française serait à l’embellie. Car la tension reste forte dans les hôpitaux français. 4775 lits sont occupés par des patients Covid en réanimation, soit un taux d’occupation de… 94,1 %.

Reste que les hôpitaux de la région parisienne sont mobilisés : « nous avons fait savoir que nous étions disposés à accueillir des malades s’ils en avaient besoin », nous confie-t-on à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, qui compte 39 établissements en Ile-de-France. Même si pour l’heure, il n’y a pas encore de patients suisses, belges ou italiens à l’AP-HP aujourd’hui. Et aucun transfert n’est prévu dans les prochains jours.

La démarche française, n’est pas étonnante au vu de la solidarité européenne et de la réciprocité : des évacuations sanitaires ont été mises en œuvre avec la Belgique et l’Allemagne depuis le mois d’octobre.

Source : Le Parisien

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>