Cousolre: le maire entre en guerre contre la fermeture de la gendarmerie

C’est désormais officiel, la caserne de gendarmerie de Cousolre va disparaître, et les militaires sont appelés à rejoindre un nouveau complexe qui verra le jour à Solre-le-Château. Ce projet n’est pas du goût de Maurice Boisart. Le maire tape du poing sur la table et compte lancer une mobilisation auprès de ses administrés pour conserver ses gendarmes.

<br />
C’est officiel, la caserne de gendarmerie de Cousolre va disparaître, et les militaires sont appelés à rejoindre un nouveau complexe qui verra le jour à Solre-le-Château.</p>
<p>VDNPQR<br />

C’est officiel, la caserne de gendarmerie de Cousolre va disparaître, et les militaires sont appelés à rejoindre un nouveau complexe qui verra le jour à Solre-le-Château.

Maurice Boisart est un homme en colère, et il compte bien le faire savoir. Le maire de Cousolre s’apprête à mobiliser ses troupes pour contrer la fermeture de la caserne de gendarmerie basée dans sa commune. La nouvelle est tombée il y a quelques semaines. Le patron de la gendarmerie d’Avesnes a rendu visite à l’édile pour lui déposer une lettre actant la décision. « En 2012 suite à des rumeurs, j’avais écrit à Manuel Valls alors ministre de l’Intérieur pour en savoir plus », se souvient Maurice Boisart. Les services de la place Beauvau avaient alors répondu qu’aucune fermeture n’était envisagée. « Je réalise aujourd’hui que tout était déjà acté, je me suis fait avoir », peste le maire.

« Je veux garder mes gendarmes ! »

Toujours selon lui, le départ des huit militaires arriverait au pire moment, « nous sommes en insécurité totale, il y a beaucoup de cambriolage et d’incivilités. Les gendarmes de Cousolre font partie intégrante de notre population. Ils sont connus des commerçants, ils s’investissent dans la vie locale et dans le monde associatif. » D’où le cri du cœur de Maurice Boisart : « je veux garder mes gendarmes ! »

Les forces de l’ordre n’iront pas très loin, puisqu’ils sont appelés à rejoindre un nouveau projet de caserne à Solre-le-Château. « Mais c’est un mauvais signal qu’on envoie aux habitants. D’un côté on leur demande de jouer aux voisins vigilants, et de l’autre les gendarmes s’en vont. », ajoute le maire. Et l’homme de pointer du doigt une injustice. Cousolre, ville de 2 400 habitants perd sa caserne quand Solre-le-Château, bassin de 1 800 âmes conserve la sienne.

Vote d’une motion

Maurice Boisart ne compte pas en rester là. Dès le prochain conseil municipal, il fera voter une motion contre la désertion des gendarmes. Premier volet d’un plan qui prévoit une mobilisation générale avec l’aide des habitants. S’il perd, le maire demande au moins une solution alternative. « La caserne peut bien aller à Solre, mais au moins, que les gendarmes conservent leur logement de fonction sur Cousolre. On aura une présence rassurante dans le village. » Toujours mieux que rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>