Côtes-d’Armor. Trois assignations à résidence demandées


Côtes-d’Armor. Trois assignations à résidence… par Letelegramme

Assignations à domicile, protection des lieux de culte, perquisitions administratives : ce vendredi, le préfet des Côtes-d’Armor a brossé le portrait du dispositif de prévention des menaces terroristes dans le département.

1. Assignations à domicile. Pierre Lambert a confirmé que trois demandes d’assignation à résidence avaient été soumises au ministère de l’Intérieur ces derniers jours, pour l’ensemble du département. Deux l’ont été de son initiative et une autre émane des services de renseignement. C’est ensuite le ministre de l’Intérieur qui doit les signer pour qu’elles puissent être mises en oeuvre. Elles concernent des individus « mobiles » et susceptibles de « présenter un risque » compte tenu de leurs « liens avec certains réseaux ». Tous se trouvent « en situation régulière sur le territoire », mais se sont « déplacés dernièrement dans des pays en lien avec l’islamisme radical ». L’assignation à résidence les oblige à signaler leur présence, en gendarmerie ou au commissariat, plusieurs jours par semaine, selon une fréquence définie en fonction de la personnalité de l’individu.

2. Perquisitions. Onze perquisitions administratives ont été menées dans le département. Trois en territoire police, huit sous le commandement de la gendarmerie. « Nous n’avons rien trouvé d’inquiétant », relève le préfet. Ces perquisitions portent « sur des lieux et pas sur des personnes », précise le colonel Leclercq, commandant le groupement de gendarmerie des Côtes-d’Armor. Une nuance juridique qui explique que ces opérations ont des objectifs différents des perquisitions judiciaires (qui visent des interpellations). Elles offrent une « visibilité publique » aux actions menées. Et « elles sont un élément supplémentaire de connaissance », note le préfet. Elles lui permettent en tout cas de considérer qu’il n’y a « pas de risque radical » dans les Côtes-d’Armor. Ce qui n’exonère pas les services de maintenir « une vigilance accrue » dans le département.

3. Sécurité sur la voie publique. Les contrôles de flux, sur la route, se sont multipliés ces derniers jours. Les fonctionnaires renforcent aussi leur présence visible dans les lieux sensibles. « À Lannion, nous organisons trois fois par jour des patrouilles pédestres dans les centres commerciaux », indique le commandant de police Jean-Marie Piprot. « 294 personnes ont été contrôlées aux abords de l’aéroport », à l’occasion de « 10 opérations », précise-t-il encore.

4. Couvre-feu et lieux de cultes. Les lieux de culte font également l’objet d’une « protection notamment le dimanche matin », annonce le préfet. En revanche, « il n’y a pas de couvre-feu, pas de contrainte horaire pour la fréquentation des lieux publics ni de fermeture de bâtiments », a détaillé le préfet.
Source :  Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>