Contre la réforme des retraites, des policiers perturbent la circulation à Roubaix

Scène plutôt inhabituelle ce jeudi à Roubaix. Des policiers ont organisé plusieurs « contrôles routiers » pour montrer leur mécontentement contre la réforme des retraites. Ils ont perturbé la circulation à plusieurs points stratégiques de la ville. Le syndicat Alliance police appelle également à une « journée morte » dans les commissariats de la région.

B9721823011Z.1_20191205125451_000+GCIF279NB.1-0Les policiers n’ayant pas le droit de grève, ils expliquent avoir organisé un contrôle routier de prévention.

Fumigènes roses autour de voitures floquées « Police ». Alors qu’on aurait pu penser à un encadrement d’une manifestation par les forces de l’ordre, il s’agissait cette fois d’un mouvement propre aux policiers.

 

En début de matinée, une vingtaine d’entre eux se sont positionnés au niveau du carrefour entre l’avenue des Nations-Unies et le boulevard Gambetta. Sous couvert de l’organisation « d’un contrôle routier de prévention » – les policiers n’ayant pas le droit de grève –, les fonctionnaires ont perturbé la circulation pendant près d’une heure jusqu’à 9 h 30, en mettant en place un barrage filtrant.

.

 

La mobilisation surprise des policiers a créé une belle pagaille pour les automobilistes mais tout le monde est resté plutôt serein.

La mobilisation surprise des policiers a créé une belle pagaille pour les automobilistes mais tout le monde est resté plutôt serein.

Des tracts ont également été distribués par les représentants des organisations syndicales Unité SGP Police, Unsa Police et Alliance pour exprimer leurs revendications contre la réforme des retraites

« On a toujours répondu présent, sans aucun retour de notre ministère »

En fin de matinée, les policiers se sont retrouvés au carrefour entre le boulevard de la République et la VRU, non loin de la station de métro Mercure. Une action coup de poing qui a créé une belle pagaille pour les automobilistes mais il s’agit « de faire entendre notre mal-être au gouvernement », explique l’intersyndicale. « On a toujours répondu présent, sans aucun retour de notre ministère. » L’opération originale de ce jeudi en amènera sûrement d’autres dans les jours à venir. Les syndicats l’assurent : « Tant qu’on ne sera pas entendu, on se mobilisera ! »

 

D’autres actions pourraient être menées dans les jours à venir.
D’autres actions pourraient être menées dans les jours à venir.

« On pense que le mouvement va durer »

Dans le Nord, le syndicat Alliance police Nationale appelle notamment à une « Journée morte dans les commissariats », notamment à l’hôtel de police à Lille. Les interventions, prises d’appels, et de plaintes pourraient être réduites aux seules urgences. « Le ministre de l’Intérieur a tenté de calmer le jeu mercredi soir en écrivant aux syndicats (et en annonçant le maintien de l’âge de départ anticipé et du montant des pensions pour les policiers, ndlr), explique Bruno Noël, secrétaire régional Alliance Hauts de France. Mais nous, on pense que le mouvement (de grève des policiers, ndlr) va durer. »

Source : Nord Eclair

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>