Chloroquine contre coronavirus : le cri de révolte du Dr Ménat

Vous le savez, je ne suis pas un inconditionnel de la chloroquine.

Dès le 3 mars dernier, je vous disais que le rapport bénéfice/risque de certains traitements naturels était probablement supérieur, face au coronavirus.

Mais je vous disais aussi que, parmi les médicaments chimiques, c’était le plus prometteur.

Et c’est toujours le cas, au moment où je vous écris !

C’est pourquoi la polémique actuelle autour de la chloroquine et du protocole du Pr Raoult est invraisemblable.

Je vais vous expliquer pourquoi en détail dans une seconde.

Vous allez voir la raison choquante pour laquelle les grands Professeurs de Médecine parisiens n’arrêtent pas de cracher leur venin sur le Pr Raoult et son traitement.

Mais d’abord, je vous invite à regarder cette vidéo du Dr Ménat, et à la partager d’urgence autour de vous.

Elle est en accès gratuit sur Youtube depuis jeudi, et elle fait fureur sur Internet, avec déjà plus de 100 000 vues.

Dans cette vidéo de 10 minutes, le Dr Ménat pousse un énorme « coup de gueule » au sujet de la chloroquine – il faut absolument la voir et la diffuser :

Revenons sur la polémique actuelle.

Pour moi, on cherche à saboter le protocole du Pr Raoult.

Cela paraît fou, je sais.

Et pourtant :

On vous cache les résultats prometteurs d’un médecin new-yorkais

Vous avez peut-être entendu parler de cet Américain qui est mort parce qu’il a avalé de la chloroquine.

Tous les médias en ont parlé – même le Ministre de la Santé !

Mais ce qu’ils ne vous ont pas dit, c’est que cet Américain a avalé du désinfectant pour aquarium (contenant de la chloroquine) !!!

Ce qu’il a avalé n’est pas le médicament chloroquine, et encore moins le médicament recommandé par le Pr Raoult (l’hydroxychloroquine).

Je suis désolé de le dire, c’est triste, mais cet Américain est mort de sa propre bêtise.

(Et je suis certain que des Français vont mourir d’une hépatite fulminante à cause des déclarations irresponsables du Ministre de la Santé sur l’intérêt du paracétamol contre le coronavirus – mais ces morts-là, on ne vous en parlera pas).

Une autre histoire dont les médias ne vous parlent pas, c’est celle d’un médecin new-yorkais, qui a des résultats très prometteurs avec le protocole du Pr Raoult[1].

Il s’agit du Dr Vladimir Zelenko, qui a développé le protocole suivant pour les malades du coronavirus avant leur hospitalisation :

  • Hydroxychloroquine : 200 mg deux fois par jour pendant 5 jours ;
  • Azithromycine : 500 mg par jour pendant 5 jours ;
  • Sulfate de zinc : 220 mg par jour pendant 5 jours.

Et les résultats semblent prometteurs.

Sur 350 patients traités, il rapporte :

  • Zéro décès ;
  • Zéro intubation ;
  • Zéro hospitalisation.

Tout cela, sans effet indésirable majeur, en dehors de 10 % des patients ayant eu des nausées et des diarrhées transitoires (un effet indésirable bien connu de l’azithromycine).

Je précise qu’il n’a pas appliqué ce traitement à tous les testés positifs au coronavirus.

Non, il l’a réservé aux patients ayant des difficultés respiratoires ET aux patients à haut risque ayant des symptômes légers.

Pour moi, le choix du Dr Zelenko est très pertinent, à tous points de vue :

  • Il traite les malades avant que leur état ne s’aggrave fortement (à ce moment-là, c’est trop tard pour appliquer le protocole du Pr Raoult) ;
  • Il ne traite pas tout le monde, mais seulement les malades à risque de mourir ou d’être intubés : il a raison car il n’y a aucune raison de faire subir des effets indésirables éventuels à des patients qui ont toutes les chances de guérir naturellement ;
  • Au protocole du Pr Raoult (hydroxychloroquine + azithromycine), il a ajouté du zinc, et il a bien raison ! C’est ce qu’on fait les Coréens du Sud, avec des résultats prometteurs.

Bien sûr, ces résultats ne valent pas une étude scientifique en bonne et due forme.

Mais vu l’urgence de la situation, il n’y a aucune bonne raison de ne pas l’essayer avec les patients les plus à risques – ceux qui risquent de mourir ou de finir en soins intensifs !

En plus, ce protocole ne coûte rien, ou presque : 20 euros environ par patient !

Et pourtant, le gouvernement français ne cesse de mettre des bâtons dans les roues à ceux qui voudraient le prescrire :

Réserver ce traitement aux cas les plus critiques est une ABSURDITÉ !

Il y a quelques jours, le Haut conseil de la santé publique français a demandé de réserver le traitement du Pr Raoult « aux cas les plus graves ».

Réaction du Pr Raoult, avec son franc-parler : « Ce sont des conneries car il faut traiter avant que cela ne soit grave ».

Et il a raison, évidemment !

On sait que la charge virale est faible quand les patients sont dans un état grave : le virus a déjà fait tous les dégâts dont il est capable, et il est trop tard pour le combattre !

Voici ce qu’a très bien expliqué le Pr Raoult :

« On est en train de voir que les malades au moment où ils ont une insuffisance respiratoire, où ils rentrent en réanimation, en réalité, ils n’ont presque plus de virus.

C’est quand ils ont des formes modérées, moyennes ou qui commencent à s’aggraver qu’il faut les traiter parce qu’à ce moment-là, on contrôle les virus qui se multiplient.

Quand vous faites entrer des gens de plus 80 ans en réanimation, le problème ce n’est plus le virus. Moi, je plaide pour qu’on commence à traiter les gens avant. »

Et pourtant, les autorités françaises viennent de décider… le contraire !

Après plusieurs revirements, le gouvernement vient de publier un décret hyper restrictif :

« Ces prescriptions (d’hydroxychloroquine) interviennent, après décision collégiale, dans le respect des recommandations du Haut conseil de la santé publique et, en particulier, de l’indication pour les patients atteints de pneumonie oxygéno-requérante ou d’une défaillance d’organe » (décret du 27 mars[2]).

En clair, ils n’autorisent ce traitement que lorsque c’est trop tard !

Et bien sûr, ils le réservent aux médecins hospitaliers, ce qui empêche les médecins de ville d’utiliser ce traitement avant l’hospitalisation, au moment où il serait le plus prometteur !

En France, les médecins généralistes n’ont donc pas le droit de suivre l’exemple du Dr Zelenko, à New York.

Je vous le dis comme je le pense : il vaudrait mieux, pour nos autorités, que ce protocole se révèle inefficace, sans quoi ils auront des morts sur la conscience.

Et vous savez quoi ?

On dirait qu’ils se sont déjà organisés pour conclure à l’inefficacité de ce traitement !!

Ce n’est pas de la théorie du complot.

Lisez très attentivement ce qui suit :

L’aveu INCROYABLE, à la télé, du Pr Karine Lacombe, égérie de Big Pharma

Scène hallucinante à la télé, le 24 mars dernier, sur LCI.

David Pujadas interroge Karine Lacombe, infectiologue et cheffe de service à l’hôpital Saint-Antoine à Paris.

Je précise que Karine Lacombe a tenu des propos hyper violents contre le Pr Raoult, quelques jours plus tôt :

« Ce qui se passe à Marseille est scandaleux. Utiliser un médicament comme ça hors autorisation de mise sur le marché en exposant les personnes qui le prennent à des complications sans avoir vérifié les conditions d’utilisation de base, c’est en dehors de toute démarche éthique »[3].

Vous allez comprendre dans une seconde pourquoi cette femme est si « remontée » contre le Pr Raoult.

Mais d’abord, il faut voir (pour le croire) ce qu’elle a dit, le 24 mars, sur LCI :

« Grâce à Didier Raoult, et on le remerciera pour ça, on a mis en place beaucoup plus rapidement que prévu les essais qu’il fallait et on montrera très rapidement que la chloroquine ne marche pas et que d’autres marchent »[4].

Donc, Madame Lacombe sait déjà que la grande étude clinique européenne visant à évaluer la chloroquine montrera que ce médicament ne marche pas.

Pourtant, l’étude a commencé deux jours plus tôt, le dimanche 22 mars… alors comment pourrait-elle déjà connaître ses conclusions ?

Réponse : peut-être parce que tout a été fait pour qu’on conclut à l’inefficacité de la chloroquine !!

Et en effet, dans l’étude Discovery :

  • Seuls les patients hospitalisés sont visés (dont beaucoup sont déjà en réanimation – donc pour eux, c’est trop tard !)
  • Et l’étude teste l’hydroxychloroquine seule, donc ni l’azithromycine, ni le zinc !

Bref, il y a en effet de fortes chances que cet essai clinique conclut à l’inefficacité de l’hydroxychloroquine… mais cela ne voudra pas dire que le protocole du Pr Raoult était inutile !

Et ce n’est pas tout : pourquoi la Pr Lacombe est-elle si certaine que « d’autres médicaments prouveront leur efficacité » ?

Serait-ce parce qu’elle touche de belles sommes d’argent des laboratoires qui commercialisent ces autres médicaments ??

C’est un fait : le Pr Lacombe a été rémunérée par :

  • Gilead, qui vient de lancer le Remdesivir, un anti-viral testé dans Discovery ;
  • et Abbvie, qui commercialise le Kaletra, un anti-VIH testé lui aussi dans Discovery (seul ou en combinaison avec une autre molécule)[5]

Bref, elle a touché de l’argent des laboratoires qui fabriquent les deux autres médicaments (hors de prix) testés dans l’étude Discovery.

Le plus fou, c’est qu’il n’y a aucune raison majeure de penser que ces médicaments ont de grandes chances de marcher.

Figurez-vous qu’on a déjà une étude fiable, publiée dans le New England Journal of Medicine montrant l’inefficacité du Kaletra[6].

Et en plus, ces médicaments ant-viraux ont des effets indésirables beaucoup plus graves que ceux de l’hydroxychloroquine.

D’après le Dr Ménat, certains anti-viraux testés sont même « hypertoxiques » !

Je rappelle aussi qu’on n’a aucun recul sur la dangerosité du Remdesivir de Gilead, qui n’est même pas encore commercialisé !

Alors qu’on a des dizaines d’année de connaissance sur l’hydroxychloroquine et l’azithromycine, qui ont des risques faibles et bien maîtrisés !!

On nage en plein délire !

Et je ne vois qu’une seule explication à tout ça : nos grands « pontes » sont arrosés d’argent par l’industrie pharmaceutique !

Tous les experts qui crachent sur le Pr Raoult sont en conflit d’intérêts !!

Le cas du Pr Karine Lacombe n’est pas isolé, loin de là.

Je vous ai parlé dans mes dernières lettres du Pr Yazdanpanah, coupable d’avoir refusé de tester la chloroquine dès le début du mois de mars… et qui a été comme par hasard au conseil scientifique de Gilead et Abbvie.

Mais il y a encore beaucoup d’autres exemples !

Prenez François-Xavier Lescure, de l’hôpital Bichat à Paris, qui a également critiqué vertement l’hydroxychloroquine et le Pr Raoult[7].

Eh bien lui aussi a été au conseil scientifique du laboratoire Gilead[8] !

Même conflit d’intérêts pour un autre chef de service de la Pitié Salpêtrière à Paris[9]… et mêmes critiques acides de sa part contre la chloroquine[10] !

Vous voyez comment fonctionne notre système médical ??

C’est une HONTE !!!

Et tout ça, en violation flagrante des règles éthiques les plus élémentaires !

Écoutez ce qu’a déclaré la courageuse Dr Nicole Delepine, sur Sud Radio :

« Il y a une loi en France qui dit que tout médecin qui s’exprime en public doit déclarer ses liens d’intérêt avec des laboratoires susceptibles de produire des produits que l’on va utiliser sur la maladie dont on discute »[11].

Mais aucun de ces « pontes » n’a révélé ses liens d’intérêt avant de parler à la télé !

Bref, vous voyez pourquoi il y a des raisons d’être en colère.

Cela fait des années que je dénonce la main-mise de Big Pharma sur notre santé.

Cette crise va-t-elle, au moins, permettre aux Français d’ouvrir les yeux ?

Espérons-le.

Transmettez ce message autour de vous.

Diffusez la vidéo du Dr Ménat.

C’est important.

Cette crise doit au moins servir à ça.

Je compte sur vous,

Xavier Bazin

PS : une note plus positive pour finir.

Les chiffres que vous donnent les médias ne sont pas les plus pertinents pour suivre l’évolution de l’épidémie.

  • Le nombre de cas positifs au coronavirus ne reflète que le nombre de tests réalisés (plus on réalise de tests, plus on trouvera de cas positifs) ;
  • Et le nombre de morts reflète l’intensité de l’épidémie 2 à 4 semaines plus tôt (ceux qui meurent du coronavirus n’en meurent pas immédiatement).

Le chiffre le plus fiable, en réalité, est le nombre d’hospitalisations en soins intensifs.

Et de ce point de vue, contrairement à ce qu’on vous dit, les chiffres italiens sont encourageants : l’Italie compte 30 % de patients en moins admis en réanimation depuis une semaine environ[12].

Sources

[1] https://www.herald.ng/new-york-doctor-treats-350-patients-with-chloroquine

[2] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do

[3] https://www.francetvinfo.fr/4-questions-sur-la-chloroquine

[4] https://www.lci.fr/replay/video-24h-pujadas-du-mardi-24-mars-2020

[5] https://journals.lww.com/Real_World_Efficacy_of_Daclatasvir_and_Sofosbuvir,.14.aspx

[6] https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2001282

[7] https://www.lepoint.fr/a-l-hopital-bichat-le-raout-sur-la-chloroquine-nous-affecte

[8] https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0229977

[9] http://sitegpr.com/fr/qui-sommes-nous/

[10] https://actu.orange.fr/le-pr-gilbert-deray-prend-position-contre-la-chloroquine-pour-tous

[11] https://www.sudradio.fr/on-nous-dit-que-la-chloroquine-est-dangereuse-cest-un-mensonge/

[12] https://twitter.com/MartinFierro769/

 

Source : Santé-corps-esprit.com

PS : le Dr Ménat a eu le courage de lancer cette grande pétition, il compte sur vous pour faire circuler son appel le plus largement possible !
Pour ceux qui préféreraient lire son texte plutôt qu’écouter sa vidéo, voici son appel, en intégralité :
Madame Monsieur,


Je suis médecin de terrain depuis 30 ans, et je n’ai jamais vu un scandale aussi énorme.
Contre le nouveau coronavirus, il existe un médicament très prometteur, l’hydroxychloroquine (Plaquenil)
Les Chinois en ont vérifié l’efficacité dans plusieurs études et l’ont recommandé à leurs médecins
La Corée du Sud l’utilise massivement, avec d’excellents résultats contre l’épidémie.
L’État marocain a décidé de donner ce traitement à tous les malades et les résultats épidémiologiques paraissent positifs
Le Professeur Raoult à Marseille a des résultats préliminaires très encourageants avec ce médicament, surtout quand il est associé à un antibiotique, l’azithromycine.
Même le directeur général de Novartis, un grand laboratoire pharmaceutique suisse, a déclaré que l’hydroxychloroquine est le « plus grand espoir de traitement » contre le coronavirus.
Et pourtant, depuis le 26 mars, la France interdit à la plupart des malades de bénéficier de ce traitement.
Le 26 mars, le gouvernement a pris un décret qui m’interdit, à moi comme à tous les médecins de terrain, de prescrire ce médicament prometteur aux patients victimes du Covid-19.
C’est un scandale inimaginable.
Les médecins généralistes pourraient sauver des vies, mais on les en empêche.
Les médecins généralistes pourraient éviter des milliers d’hospitalisations, mais on les en empêche.
Les médecins généralistes pourraient même contribuer à permettre une sortie plus rapide du confinement, mais on les en empêche.
Il faut agir, et c’est pourquoi je vous demande de signer d’urgence la pétition que j’ai lancée avec d’autres confrères médecins.
Nous demandons l’abrogation immédiate du décret du 26 mars, et l’autorisation immédiate pour les médecins généralistes de prescrire de l’hydroxychloroquine à leurs patients qui pourraient en bénéficier.
Je rappelle que l’hydroxychloroquine est un médicament très sûr.
Des dizaines de millions de patients en ont pris tous les jours, pendant des années, avec une excellente tolérance dans la majorité des cas.
Comme l’a dit le Pr Didier Raoult de Marseille, l’hydroxychloroquine a beaucoup moins d’effets indésirables graves que le Doliprane. Surtout que son protocole prévoit un traitement sur 10 jours uniquement et que les éventuels effets secondaires apparaissent surtout après 1 ou 2 ans de traitement.
Jusqu’au mois de janvier 2020, il était même en vente libre en France – c’est vous dire s’il était considéré comme sans risque par les autorités.
Bien sûr, ce médicament ne doit pas être pris en automédication, mais c’est un médicament sans danger s’il est prescrit par un médecin.
Et surtout, à ce jour, c’est le seul médicament qui ait montré une efficacité pour aider à guérir du coronavirus !
En Italie, les médecins généralistes ont le droit prescrire l’hydroxychloroquine à leurs patients, avec des résultats très prometteurs.
Voici ce que vient de déclarer le Pr Bartoletti, vice-président de la Fédération italienne des médecins généralistes :
« Les résultats que nous commençons à accumuler suggèrent que l’hydroxychloroquine administrée tôt, donne la possibilité d’éviter une évolution grave à une majorité de patients et permet de désencombrer les salles de réanimation »[1].
Mais en France, on interdit aux médecins généralistes de le faire.
Il est urgent d’abroger le décret du 26 mars.
Vite, signez la pétition pour que le gouvernement autorise à nouveau les médecins de terrain à prescrire ce médicament.
« Qu’attendons-nous pour permettre aux médecins de le prescrire, d’avoir davantage de morts ? » a demandé récemment le Pr Perronne, chef de service d’infectiologie à l’hôpital de Garches.
Et en effet, c’est incompréhensible.
En France, le gouvernement a pris trois décisions absurdes :
• Réserver l’hydroxychloroquine aux cas les plus graves : alors qu’on sait que ce médicament n’a plus d’effet quand il est donné trop tard !
• Le prescrire seul alors qu’on sait qu’il est plus efficace quand il est associé à l’azithromycine
• Et réserver l’hydroxychloroquine aux médecins hospitaliers, alors que c’est justement pour éviter l’aggravation des malades et leur hospitalisation que ce médicament semble le plus utile !
Partout dans le pays, les médecins de terrain sont en train de s’indigner.
Dans les Yvelines, le Dr Ribat a lancé un coup de gueule dans la presse :
« On vient de me retirer le droit de délivrer une ordonnance d’hydroxychloroquine que je prescrivais à mes patients rhumatisants depuis 40 ans ! Une molécule que j’ai avalée pendant plus d’un mois contre le paludisme lorsque je me suis rendu en Haïti après le tremblement de terre de 2010. »
En Alsace, un collectif de médecins demande l’autorisation de le prescrire pour les personnels soignants, qui sont en première ligne !
« Les médecins vous demandent le droit d’aller au front et d’enfoncer la première ligne du virus », ont-ils déclaré publiquement[2] !
Même l’ancien ministre de la Santé, Philippe Douste Blazy, a appelé le gouvernement à abroger le décret du 26 mars et libérer la prescription de l’hydroxychloroquine.
Pour l’instant, le gouvernement fait la sourde oreille.
Voilà pourquoi nous devons être des MILLIONS à signer cette pétition de toute urgence.
Les médecins ont fait 10 ans d’étude et sont parfaitement capables, en toute connaissance de cause, de prescrire ce médicament à leurs patients qui en ont besoin. C’est bien votre médecin généraliste qui vous connait le mieux et saura choisir le meilleur traitement pour VOUS.
On peut abroger sans problème le décret du 26 mars, car il n’y a même pas de problème de pénurie ou de manque de stocks !
Sanofi a déjà mis 300 000 boîtes d’hydroxychloroquine à disposition des Français et nous attendons du gouvernement qu’il ordonne au plus vite sa production en plus grande quantité.
Une boîte suffit par patient, pour un coût de 5,19 euros.
Donc 300 000 patients pourraient déjà être soignés, pour un coût dérisoire.
Alors qu’est-ce qu’on attend ?
Pourquoi la France persiste-t-elle à conserver ce décret désastreux ?
La raison est que les experts qui conseillent le gouvernement sont totalement déconnectés du réel, de la réalité du terrain.
On peut aussi s’interroger sur leurs éventuels conflits d’intérêts. Beaucoup ont été rémunérés, d’une façon ou d’une autre, au cours de leur carrière, par des laboratoires qui vendent des traitements bien plus coûteux que l’hydroxychloroquine !
Voilà pourquoi nous devons être des millions à nous mobiliser pour faire contrepoids.
En signant cette pétition, vous libèrerez les mains de votre médecin traitant et vous lui permettrez de se replacer au centre de notre système de santé, la place qu’on n’aurait jamais dû lui enlever !
Il est urgent d’abroger le décret du 26 mars.
Il faut immédiatement redonner au médecin la liberté de prescrire l’hydroxychloroquine.
Par notre action, vous et moi pouvons espérer sauver des vies.
Vous et moi pouvons espérer éviter des hospitalisations.
Vous et moi pouvons espérer mieux protéger les personnels soignants de nos hôpitaux, héroïques en ce moment.
Signez vite notre pétition, et transmettez là à tous vos contacts.
Je compte sur vous.
Dr Eric Ménat

 
COMMENT ON APPELLE DES INDIVIDUS
 
QUI SE DONNENT LE PERMIS DE TUER EN CONSCIENCE ?
What do you want to do ?

New mail

Répondre à JEANNOT Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>