Charlie Hebdo et l’hyper casher

Antoine-Martinez-GénéralIl y a cinq ans déjà, Charlie Hebdo et l’hyper casher. 

Ma tribune, « A ceux qui n’ont rien compris et qui ne voudraient toujours pas comprendre » publiée le 17 janvier 2015.
Depuis rien n’a changé, bien au contraire la situation ne cesse de s’aggraver alors que l’Etat persiste à se cantonner dans le déni. Depuis ce 7 janvier 2015, le Bataclan et Paris (13 novembre 2015), Nice (14 juillet 2016), puis toutes  les autres attaques barbares (égorgements, voire décapitation) jusqu’à aujourd’hui, avec la confirmation de la présence d’une cinquième colonne sur le territoire européen et même la confirmation de l’enracinement sur notre propre sol d’un ennemi intérieur (l’exemple récent de l’attaque de la préfecture de police de Paris est révélateur). Des centaines de morts et de blessés.
Je n’étais pas encore en ce début d’année 2015 coprésident des VPF et ma première lettre ouverte au président de la République, Monsieur François Hollande, en fin d’année 2014 après son discours tenu lors de l’inauguration du musée de l’immigration, était prémonitoire. Ma tribune publiée le 17 janvier 2015 reste pleinement d’actualité garde tout son intérêt aujourd’hui et mérite donc d’être publiée cinq ans après. Nos dirigeants politiques n’ont toujours rien compris. 
Amicalement.
Antoine MARTINEZ
– – –

A ceux qui n’ont rien compris

et qui ne voudraient toujours pas comprendre

17 janvier 2015

Les événements dramatiques que vient de traverser la France doivent provoquer le réveil de notre peuple qui depuis de trop nombreuses années n’a pas son mot à dire sur l’immigration qu’on lui impose et donc sur son avenir, la classe politique ayant décidé qu’elle était seule à détenir la vérité et donc à pouvoir décider. Cette dernière est pourtant responsable, par son manque de clairvoyance, son absence de courage, son déni des réalités et sa carence en matière de vision à long terme du monde de ce qui vient de nous frapper. Il n’y a, en effet, pas de mot pour qualifier les actes de barbarie que notre pays meurtri vient de subir. Mais au-delà des personnes qui ont été lâchement assassinées, c’est Voltaire qu’on assassine, c’est la France qu’on veut mettre à genoux, c’est nous tous qu’on attaque, c’est toute notre histoire, notre culture, nos valeurs, notre héritage spirituel qu’on veut détruire et c’est donc toute l’Europe et le monde épris de liberté qui est visé et concerné. Alors devant une telle évidence, nos élites politiques et une grande partie de nos médias vont-ils continuer à nier un vrai problème – l’islam – et à qualifier de problème ceux qui sonnent le tocsin ?

Il ne suffit pas de décréter un deuil national, de mettre les drapeaux en berne, de rassembler le peuple dans la rue dans une manifestation unitaire pour tout résoudre. Nos gouvernants ne doivent d’ailleurs pas croire que ce rassemblement historique du 11 janvier constitue une marque d’adhésion ; au contraire, elle démontre l’échec du politique et un début de révolte. Mais ne nous berçons pas d’illusions. L’émotion, la compassion, l’indignation ne suffiront pas. Les islamistes s’en moquent car ils savent que le ver est à présent dans le fruit, bien installé, après une quarantaine d’années conduites de façon insensée et suicidaire par nos élites politiques en matière d’immigration, sans qu’à aucun moment elles aient pris la mesure du danger pour la nation. Les Français doivent donc savoir que cela va dorénavant être difficile et douloureux car il faut qu’ils s’attendent malheureusement à verser du sang et des larmes.

Un trop grand nombre de nos compatriotes, croyants ou pas, mais imprégnés des valeurs chrétiennes qui sont universelles, pensent encore qu’un tel ennemi peut être raisonné et amené à changer en proclamant l’amour du prochain. Ils sont victimes de leur culture ouverte aux autres mais qui est devenue une faiblesse exploitée par les barbares. Qu’ils méditent cette phrase de bon sens : « Comme tous les pacifistes, vous pensez que c’est vous qui désignez l’ennemi. Or, c’est l’ennemi qui vous désigne. Et s’il veut que vous soyez son ennemi, vous pouvez lui faire les plus belles protestations d’amitié. Du moment qu’il veut que vous soyez l’ennemi, vous l’êtes  » (Julien Freund).

Qu’on le veuille ou pas, nous sommes l’ennemi déclaré des islamistes, et ce depuis longtemps déjà mais nos élites politiques ne le savaient pas. Elles viennent seulement de l’apprendre, ignorant qu’elles avaient elles-mêmes, par leur laxisme, créé des bombes à retardement. Dans ces conditions, il faut être réaliste, seules deux solutions se présentent : la soumission ou la révolte, une révolte qui doit impérativement être menée maintenant – il serait temps – par la classe politique qui, il faut le souligner, s’est suffisamment soumise jusqu’à présent aux exigences d’une immigration de plus en plus hostile à nos valeurs, à nos modes de vie et à nos traditions. Mais cette révolte doit conduire à l’adoption de mesures claires qui devront être appliquées fermement et sans états d’âme. Ne pas le faire serait criminel pour l’avenir de notre nation. Ne pas le faire pourrait mener à l’affrontement, à la violence, à la guerre civile. Il faut donc tirer les conséquences de ces événements dramatiques et nommer clairement et rapidement non pas l’adversaire mais l’ennemi. Il ne s’agit pas de terroristes mais d’islamistes radicaux fanatisés; il ne s’agit pas de Daech mais de l’État islamique. Que cela plaise ou pas, c’est le mot islam qui est commun à tous ces barbares qui s’en réclament d’ailleurs.

C’est pour cela qu’il est difficile de ne pas considérer l’islamisme comme étant l’intégralité de l’islam, car l’islamiste applique le Coran et les hadiths à la lettre. L’islamiste est donc le bon musulman. Et si on « raisonne  » en bon musulman, c’est la Charia qui a été appliquée en punissant Charlie hebdo. Il n’y a donc aucune discussion, aucune négociation possible avec ce fascisme vert. Nos gendarmes et nos policiers ont réussi à neutraliser ces trois premiers fous de Dieu. La justice est ainsi passée par les armes et personne ne s’en plaindra.

Cela dit, quand on écoute depuis ce drame nos responsables politiques interrogés par les médias, on ne peut être que consterné par tant d’aveuglement, par un tel déni des réalités, une telle constance à n’énoncer que des lieux communs et une telle incapacité à envisager des réponses adaptées à la menace. C’est pourtant notre Patrie et notre Nation qui sont en danger ! Manifestement, ils n’ont toujours rien compris. Il est donc à craindre que passé ce premier choc, incapables de s’unir sur un sujet vital, droite et gauche confondues continuent à se déchirer, à repousser les décisions, à tergiverser alors que l’ennemi, lui, continue à avancer. Il faut cependant qu’ils prennent garde : si rien n’est fait et si d’autres événements dramatiques se produisent, le peuple de France pourrait ne pas leur pardonner et ils risquent d’être balayés en 2017. Le Premier ministre l’a probablement compris mais son beau discours à l’assemblée nationale reste un discours qui n’annonce que des améliorations de mesures qui sont déjà plus ou moins appliquées. En fait, comme d’habitude, on ne cherche à traiter que les symptômes et non pas les causes. Il faut aujourd’hui avoir le courage de nommer la cause – non pas l’islam de France mais l’islam en France et plus largement dans les pays démocratiques et en Europe en particulier – et accepter les conséquences logiques à en tirer.

La cause

Si certains de nos compatriotes d’origine musulmane ont réussi à s’intégrer – et ils sont nombreux – c’est qu’ils ont compris au fond d’eux-mêmes que c’est leur culture qui maintient un milliard et demi de musulmans dans le monde dans la misère et l’obscurantisme. Alors il y a les uns, intégrés, voire assimilés, certains pratiquant leur foi discrètement, d’autres pas du tout, d’autres étant athées, quelques-uns s’étant même convertis au christianisme, ayant décidé d’adhérer à nos valeurs. Et puis, il y a nos frères harkis que notre mère patrie a abandonnés et maltraités alors qu’ils s’étaient battus pour elle. Ils ont également droit à notre respect, à notre reconnaissance et à notre protection. Les uns et les autres qui sont nos frères ont choisi la France et ses valeurs. C’est pour cela qu’ils réussissent.

Mais le choix, ou le non-choix, c’est à dire le laisser-faire en matière de flux migratoires extra-européens associé au regroupement familial décidé il y a quarante ans, les régularisations massives (en 1981 et 1997) et régulières (au moins 30 000 chaque année) de clandestins (ce qui implique le regroupement familial dans la foulée), l’acceptation de la double nationalité pour les non-européens, l’acceptation sur notre territoire de la polygamie (50 000 familles concernées, ce qui représente au moins 500 000 personnes), l’acquisition automatique de la nationalité française à 18 ans (85 000 chaque année), l’instauration de prestations sociales comme l’Aide Médicalisée d’État (AME) véritable pompe aspirante, la non-expulsion des clandestins (aucun chiffre disponible mais on peut les estimer sans risque d’erreurs à plus de 500 000 présents sur notre territoire) ou des déboutés de demande d’asile (65000 chaque année), c’est à dire la non-application de la loi républicaine, conduisent notre pays à la catastrophe que ce soit sur le plan économique ou sur le plan identitaire et donc menacent sérieusement son unité.

Alors, pourquoi le ver est-il dans le fruit ? Tout expert sérieux ne peut que constater que, compte tenu de ce qui précède, c’est l’équivalent de 8 à 9 millions de musulmans (français ou étrangers) qui sont présents sur notre territoire qui n’en comptait que 400 000 en 1962 (!). Mais, diront certains, les trois-quarts des musulmans sont pacifiques. On voudrait bien le croire. Mais cela fait tout de même un quart soit au moins 2 millions qui ne le sont pas. On le constate d’ailleurs tous les jours et la meilleure preuve en est, alors que notre pays vient d’être frappé par les fanatiques, la réaction des jeunes, de tous âges, issus de l’immigration qui ont refusé de s’associer à la minute de silence en hommage aux victimes. Comment expliquer que des jeunes de 9 ou 10 ans (!) aient une telle attitude ? Comment peut-on faire l’apologie de ces actes barbares ? C’est bien que leur « éducation », celle qu’ils  » reçoivent  » de leurs parents les maintient dans la haine et les forment au rejet de nos valeurs et de nos principes de vie. Mais c’est aussi la faute de l’Éducation nationale, et donc de l’État, qui par la politique insensée suivie a fabriqué des freins puissants à leur intégration. Cette politique suicidaire pour la cohésion nationale a pourtant été dénoncée par deux rapports du Haut Conseil à l’Intégration (en 1990 et 2010) sans que cela n’émeuve aucun de nos ministres de l’Éducation nationale pendant toutes ces années. De plus, on ne peut que condamner le rôle critiquable de nos élites politiques déterminant avec les lois mémorielles sélectives et l’instrumentalisation de l’histoire avec des conséquences extrêmement néfastes. Ils n’ont fait qu’injecter le poison de la haine à cette jeunesse issue de l’immigration appelée à devenir automatiquement française.

Comment expliquer que 25 % des 18 à 35 ans dans notre pays aient une opinion favorable à l’État islamique ? Comment expliquer la présence dans nos cités de milliers de djihadistes dangereux qui ont fait allégeance à l’État islamique ? En fait, tout cela est cohérent car 25 % des naissances sont d’origine immigrée et confirme bien que le ver est dans le fruit. Mais cela n’a surtout pu se produire qu’en raison des principes mortifères que véhicule l’islam. Car, non Monsieur Lang, l’islam n’est pas une religion de paix et de lumière. Si c’était le cas, cela se saurait. Lisez donc le verset 29/sourate 9, par exemple. Non Monsieur le Président de la République l’islam n’est pas compatible avec la démocratie. La Cour Européenne des Droits de l’Homme n’a-t-elle pas jugé en 2003 que la Charia était incompatible avec les principes démocratiques ? Écoutez donc le maréchal Abdel Fattah al Sissi, actuel président de l’Égypte, qui vient, lui, contrairement à vous, de mettre en cause le dogme islamique, tout le dogme islamique et pas seulement l’islam radical. Il vient de le faire dans l’un des lieux les plus importants de formation d’imams. Il dénonce l’islam pour la situation consternante de naufrage dans laquelle se trouve le monde musulman, et il ne blâme personne d’autre. Il affirme que la peur et le rejet de l’islam qui existent dans le reste du monde viennent de l’islam lui-même et sont une peur et un rejet qui sont fondés. Et il en appelle non pas à une réforme, mais à une révolution (!).

 » Ce corpus de textes et d’idées que nous avons sacralisé depuis de nombreuses années, au point que s’en éloigner est devenu presque impossible, suscite l’hostilité à notre égard du monde entier (…) Il est impossible que la pensée que nous tenons pour la plus sacrée puisse faire de l’entière communauté des croyants une source d’anxiété, de danger, de meurtre et de destruction pour le reste du monde (…) Est-il concevable que 1,6 milliards de personnes puissent penser qu’elles doivent tuer les autres membres de l’humanité, qui compte sept milliards de personnes aux fins de pouvoir vivre?… Je dis ces mots ici à Al Azhar, devant cette assemblée d’ulémas (…) Tout ce que je vous dis, vous ne pouvez pas le comprendre si vous restez coincés dans cet état d’esprit. Vous devez sortir de ce que vous êtes pour être en mesure d’observer et de réfléchir dans une perspective plus éclairée. Je dis et répète que nous sommes face au besoin d’une révolution religieuse. Vous, les imams, êtes responsable devant Dieu. Le monde entier, je le répète, le monde entier attend votre prochain mouvement (…) car la communauté des croyants est ravagée, détruite ; elle est perdue, et elle l’est à cause de nous ».

Nos médias se sont bien gardés de rapporter ces propos pourtant éclairants. Ils constituent un camouflet cinglant pour nos responsables politiques qui courtisent l’islam.

Les conséquences à en tirer

Les événements dramatiques que nous venons de vivre devraient donc logiquement réveiller l’ensemble de la classe politique et conduire nos dirigeants à prendre conscience de la gravité de la situation et à admettre enfin le problème que pose l’islam qui constitue une menace sérieuse pour nos sociétés démocratiques. La réflexion doit donc être engagée, rapidement et sans tabou, sur des mesures adaptées à cette menace qui ne doit pas être considérée comme un simple problème de terrorisme. Car il ne s’agit pas de terrorisme. Non, Monsieur le Président de la République, il ne s’agit pas de terrorisme.  » Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde  » écrivait Albert Camus . La menace est d’une tout autre nature. Il s’agit d’une guerre déclarée par l’islam radical à la démocratie, et en particulier à la France. Le Premier ministre l’a lui-même reconnu. Il faut donc en tirer les conséquences. Il appartient, bien évidemment, à la classe politique, majorité et opposition, de s’entendre pour déterminer les mesures les plus appropriées et les plus efficaces. Mais cette classe politique qui ne s’est pas illustrée jusqu’à présent par sa clairvoyance et son sens de l’anticipation permettra à un citoyen fidèle à son héritage historique, spirituel et culturel et attaché aux principes et aux valeurs qui en sont issus de formuler quelques suggestions, non exhaustives, qui peuvent faire l’objet de réflexions et de critiques car, bien évidemment, personne ne détient la vérité. Elles visent à lutter contre la barbarie et à essayer de rompre ce processus criminel engagé à marche forcée qui conduit à la fracture de notre identité, car non, nous ne voulons pas de cette  » identité heureuse  » forcée que certains préconisent par lâcheté. Tirons les enseignements de l’histoire et prenons l’exemple du Kosovo, cœur historique de la Serbie, qui est récemment devenu indépendant par la volonté d’une population devenue majoritairement musulmane du fait de l’immigration albanaise dont le taux de natalité était supérieur à celui des Serbes. Que nos responsables politiques prennent conscience du fait que la démographie peut constituer une arme redoutable.

Il convient donc de distinguer deux volets ou deux types d’actions: les premières constituent un arsenal de mesures qu’on pourrait qualifier de classiques, ciblées et aménagées, qui doivent répondre au principe de prévention/répression. Ce sont celles qui s’appliquent aux symptômes. Les secondes, d’une autre nature, doivent répondre au principe de précaution et permettre d’engager dans le temps un processus indispensable qu’on pourrait qualifier de « désislamisation  » à l’inverse de ce qui s’est produit au cours de ces quarante dernières années. Ce sont celles qui s’appliquent aux causes et qui doivent faciliter, voire inciter ceux qui ont des difficultés à s’intégrer ou qui refusent nos principes, nos valeurs et nos traditions à quitter la France.

(…)

La question fondamentale qui est donc posée est celle-ci: devant l’islamisation rapide (en quatre décennies seulement) de nos sociétés européennes et en particulier de la société française due au manque de clairvoyance et de courage politique qui conduisent irrémédiablement à la fracture et à la violence, que comptent faire nos gouvernants et la classe politique dans son ensemble ? N’est-il pas temps d’arrêter ce processus mortel pour notre démocratie et d’en engager un autre pour inverser le cours des choses ? Car notre héritage chrétien, en prônant l’amour du prochain, nous a rendus vulnérables face à d’autres qui n’ont pas une vision aussi angélique du monde. Les réactions violentes dans le monde musulman ces derniers jours doivent nous le rappeler. Mais le rôle du politique n’est-il pas d’avoir une vision à long terme avec suffisamment de recul pour ne penser qu’à l’unité, à la sécurité et aux intérêts de son peuple ?

Nous sommes, certes, dans un État de droit mais dans certaines situations il est nécessaire de prendre des mesures exceptionnelles. Car on ne fait pas de politique avec de bons sentiments. Que nos gouvernants aient le courage, dans un premier temps de faire simplement appliquer la loi qui existe, toute la loi, rien que la loi dans toute sa rigueur.

On le constate, ce qu’on attend maintenant de nos gouvernants et de la classe politique c’est le courage d’appliquer des mesures visant à rétablir partout les lois de la République et à refuser les compromis et les dérogations acceptés jusqu’ici par clientélisme. Ceux qui refusent de s’y soumettre sont donc invités et doivent être incités fortement à quitter la France. Ce serait une grossière erreur de renoncer à défendre et à imposer nos valeurs sur notre propre sol.

Général (2s) Antoine MARTINEZ

Source : Les Volontaires Pour la France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>