Budget OPEX et Sentinelle : « un coup de poignard aux Armées » !

Emmanuel-Macron-Pierre-de-Villiers-830378

Une fois de trop, les militaires servent de variable d’ajustement !

Le ministère des Armées devra payer seul l’ensemble des opérations extérieures (Opex) et missions intérieures françaises (Sentinelle) cette année, soit 1,37 milliard d’euros, selon le projet de loi de finances rectificative (PLFR) présenté hier mercredi par Bercy, privant ainsi le ministère de centaines de millions d’euros de crédits.

En clair, les Armées devront financer les opérations à hauteur de 404 millions d’euros supplémentaires cette année, selon le ministère. A cet effet, quelque 319 millions d’euros seront pris sur le budget d’équipement des forces. Dans le langage familier administratif : on déshabille Pierre pour habiller Paul !

 

Le ministère des Armées avait à l’origine provisionné 750 millions d’euros pour financer en 2018 les Opex et missions Sentinelle dont les « surcoûts Opex » qui étaient jusqu’ici partagés entre l’ensemble des ministères au nom de la contribution nationale à l’effort de défense. Par cette décision, Bercy prive les armées de la solidarité interministérielle, obligeant  des annulations d’autres crédits : 20 millions pour l’environnement et la prospective de défense (programme 144), 65 millions de soutien à la politique de défense (programme 212) et surtout plus gravement 319,2 millions pour l’équipement des forces (programme 146).

« Le gouvernement vient de porter un coup de poignard aux armées », a dénoncé le député LR François Cornut-Gentille, rapporteur spécial des crédits de la défense, en affirmant qu’« en faisant supporter au seul ministère des Armées la charge des opérations extérieures, il prive les militaires de près de 800 millions d’euros sur leur budget déjà contraint ». Un chiffre contesté par le ministère des Armées.

« La solidarité interministérielle qui prévalait depuis plus de 10 ans est balayée par cette décision. De surcroît on va puiser dans les réserves de précaution qui servaient les années précédentes à payer des factures aux industriels », fait valoir le parlementaire.

 

Jusqu’en 2017, le financement des opérations extérieures et intérieures faisaient l’objet  d’une provision du budget de la défense, complétée en fin d’année par la solidarité interministérielle. Le ministère de la défense ne prenait donc en charge qu’une partie (environ la moitié) du coût des Opex et Sentinelle. Nos militaires n’ont pas oublié l’ancien Ministre alors de la Défense J.Y Le Drian, qui avait réduit le montant de cette provision à 450 millions d’euros, alors que le coût moyen des Opex dépasse le milliard chaque année.
Le candidat E. Macron devenu Chef des armées promettait alors à ses soldats, une augmentation du budget de la défense « hors opex ». Aujourd’hui preuve en est : Le Chef des armées E. MACRON ne tient pas sa promesse engagée en continuant à ”repasser les mêmes plats fissurés” à ses soldats. Comment ne pas ressentir un net sentiment de trahison !
Rappelons que c’est ce même sujet des Opex, assorti d’annulations de crédits de dernière minute, qui avait provoqué une grave crise entre les armées et l’exécutif en Juillet 2017, avant d’entraîner la démission du Chef d’Etat-Major, le Général Pierre de Villiers.
La Rédaction.
Photo crédit : GETTY
Source : Le Conscrit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>