Avant ses « oublis », Delevoye donnait des leçons de transparence

« Enfin, puisque nous sommes à l’heure de la transparence, les responsables politiques ne retrouveront du crédit que s’ils sont exemplaires. Ce n’est plus aujourd’hui le titre ou la fonction que l’on respecte, comme s’ils conféraient une supériorité de fait, mais l’autorité morale, le talent authentique. (…) Nul ne peut prétendre communiquer des valeurs, faire partager un projet, sans témoigner d’une éthique personnelle correspondante irréprochable, ni sans être capable d’empathie pour ceux qu’ils veut entraîner. Or aujourd’hui en France, la jouissance du pouvoir semble souvent plus importante que la responsabilité et l’exercice du pouvoir.  » Jean-Paul Delevoye, « Reprenons nous ! » Ed. Taillandier 2012.

14 déc. 2019

LeHuffPost  « Personne n’est épargné du devoir des respecter les règles et les principes des transparence  » martelait en 2017 Jean-Paul Delevoye , alors président de la commission d’investiture de La République en marche pour les élections législatives. Mais celui qui souhaitait que « la transparence soit la plus totale » est aujourd’hui épinglé pour …son manque de transparence : de nombreux « oublis » dans la déclaration auprès Haute autorité pour la transparence de la vie publique.
L’affaire Delevoye.
Quelle « affaire » ? Encore une ignoble cabale en marche.
 » L’homme politique a finalement déclaré treize mandats, dont onze toujours actifs, au lieu des trois initialement indiqués.«   (lien France info ci-dessous)
Heureusement, une déclaration « d’en haut » vient chasser les nuages :
« Quand il a eu la certitude que quelque chose dans sa déclaration n’allait pas, il a, à la fois démissionné des mandats pour lesquels il n’était pas rémunéré, et s’est engagé à rembourser immédiatement les sommes en question« , l’a défendu Edouard Philippe dans Le Parisien. »
  (lien France info ci-dessous)
Ah, le pauvre homme injustement accusé de faits imaginaires par une populace qui ne rêve que d’expédier des têtes au bout des piques !
Les gueux qui mettent en doute l’honnêteté du Haut Commissaire, on aura tout subi.
C’est ridicule, voyons.
Voilà encore une déclaration sortie de son contexte s’époumonent quelques uns.
Déjà, en premier lieu, quand je lis  « démissionné des mandats pour lesquels il n’était pas rémunéré, et s’est engagé à rembourser immédiatement les sommes en question « , je me demande stupidement comment il peut rembourser quoi que ce soit puisqu’il n’était pas rémunéré.
On lui cherche des poux mais franchement, un type qui rembourse une rémunération fantôme, ça me laisse admiratif. Pas vous ?
Ce petit malentendu de rémunérations non perçues-remboursées n’a rien n’a donc aucun rapport avec l’article 23 de notre Constitution (1) ni avec l’article 432-12 du Code Pénal (2)
J’en entend qui marmonnent. C’est pas bien !
Enfin, quoi, E Philippe nous fait bien comprendre qu’il n’y aurait pas d’infraction pénale dès lors que, par un tour de prestidigitateur haut de gamme, les non-rémunérations sont remboursées.  L’infraction ne serait pas  largement consommée. Elle n’aurait pas pris fin parce que le bonhomme a été pris la main dans le pot de … puisqu’il a remboursé.
On tourne en rond …
Pour résumer : on oublie tout.
Ah, vous êtes durs à la détente !
N’insistez pas. Même cet abomifreux Article 121-5 du Code Pénal (3) ne peut pas être évoqué.
Question idiote, pendant que l’on rigole :  L’appât du gain est il une force ou une contrainte à laquelle pépère n’a pas pu résister ? ????
Des médisants avancent que ce dernier point étant probablement habituel « chez ces gens là » (comme disait J. Brel),  l’article 122-2 du Code Pénal jouerait fatalement de plein droit:  «   N’est pas pénalement responsable la personne qui a agi sous l’empire d’une force ou d’une contrainte à laquelle elle n’a pu résister.   » ????
Suggestion : « ON » pourrait décider d’appliquer à Mr Delevoye le principe présidentiel « Qu’ils viennent me chercher ! « . Ce serait sympa, non ?
K.ReM
Liens :
(1) article 23 de la Constitution / interdit le cumul d’un poste ministériel et d’une activité professionnelle :  « Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat parlementaire, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle.»
(2) 432-12 du Code Pénal  _ Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ou par une personne investie d’un mandat électif public, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l’acte, en tout ou partie, la charge d’assurer la surveillance, l’administration, la liquidation ou le paiement, est puni de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 500 000 €, dont le montant peut être porté au double du produit tiré de l’infraction. « 
(3) Article 121-5 du Code Pénal : La tentative est constituée dès lors que, manifestée par un commencement d’exécution, elle n’a été suspendue ou n’a manqué son effet qu’en raison de circonstances indépendantes de la volonté de son auteur.
000_1MY4ZY
Déclaration d’intérêt

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les « petits » oublis de Jean-Paul Delevoye ?

Jean-Paul Delevoye aurait omis de déclarer sa participation au sein d’une instance à la SNCF ainsi que dans un think tank ou dans le domaine des assurances. Le haut-commissaire aux retraites siégeait notamment depuis 2016 au conseil d’administration de la Fondation SNCF.

Atlantico.fr : On apprend via Capital que Jean-Paul Delevoye, en charge du projet de la réforme des retraites, a aussi omis de déclarer un troisième emploi à la SNCF ; après sa participation en tant qu’administrateur à l’IFPASS et sa présidence d’honneur think tank Parallaxe.

Comment comprendre qu’un homme incapable de déclarer correctement une déclaration d’intérêt ce soit retrouver en charge d’une réforme de justice sociale ? Comment comprendre encore qu’il n’ait pas démissionné de ce poste alors même que les affaires précédentes le concernant étaient déjà sorties dans la presse ?

Yves Michaud : Je suis sidéré de ces « oublis ». Mais je le suis encore bien plus par tout ce qui est ouvertement reconnu dans la Déclaration de Delevoye, notamment ce juteux emploi dans un think tank qui n’a quasiment aucune existence et sent bon l’emploi fictif. Ses employeurs eux-mêmes ont employé le mot bien malheureux de « gratifications » – sic !

Qui plus est, on ne peut pas dire que M. Delevoye soit un perdreau de l’année : il a passé cinquante ans dans le marigot politique…

Je vois plusieurs explications, qui ne sont pas exclusives les unes des autres.

La première, c’est un chiraquisme de fond qui permet de se payer sur la bête. Chirac, Juppé et Naftalsky – ses deux secrétaires généraux à la mairie de Paris – ont tous été condamnés pour corruption dans des affaires d’emplois fictifs. C’est de famille, dira-t-on.

Ensuite le sentiment de l’impunité : d’autres l’ont fait, pourquoi pas moi ? Au pire, avec de bons avocats, je ferai durer les procédures dix ans. Et si jamais je passe devant la Cour de justice de la République, je m’en tirerai avec un tirage d’oreilles. L’État de droit aujourd’hui n’est pas pour les citoyens ordinaires – il est fait pour les super-riches et leurs avocats – et les délinquants sans scrupule.

Et puis la loi n’est pas trop sévère sur ces cumuls, mélanges d’intérêts, effets de réseaux. On dénonce souvent la corruption dans des pays comme l’Espagne où les politiciens mettent directement la main dans la caisse. En France, rien de tel : il y a les cumuls qui organisent une « corruption » légale.

Ajoutons que M. Delevoye n’a pas encore rempli la partie « patrimoine » de sa déclaration et ça doit phosphorer dur pour la rendre présentable. Mon petit doigt me dit que ce n’est pas facile et qu’on va encore avoir des surprises…

Sans oublier les aspects misérablement humains : la rapacité, la cupidité et la tartufferie.

Le plus drôle est que M. Delevoye est un bon chrétien courant les estrades partout en France(c’est fou ce qu’il a de temps!) pour dispenser des leçons de compassion, de charité, d’humanisme et de générosité. Je dis cela en connaissance de cause : j’ai eu l’occasion d’intervenir dans des Congrès où intervenait aussi M. Delevoye. Il y faisait un numéro chrétien-humaniste-compassionnel à faire pleurer Margot et reprenait illico son TGV. On peut bâtir une carrière sur ça.

Franchement, quand on cumule autant d’emplois, de fonctions, de responsabilités, a-t-on honnêtement le temps d’y travailler et de mériter son argent ? Il y a du superman en Delevoye – ou plutôt du super-Tartuffe.

Dans un pays normal et s’il était un homme d’honneur (contradiction in terminis), il aurait dû démissionner depuis longtemps – mais il est protégé par sa « responsabilité » de Père-la-Réforme-des-retraites. S’il démissionnait maintenant, au milieu de la double crise, la sienne et celle des retraites, Macron se retrouverait tout nu. Je pense quand même qu’il finira par démissionner, une fois la tempête passée. De toute manière le fusible est grillé, cramé, et ce serait peut-être plus judicieux de la faire partir tout de suite – surtout si son patrimoine apparaît bizarre, bizarre. A mon avis, l’affaire ne fait que commencer. Le retraité ou la retraitée qui touche 800 euros de retraite mensuelle doit apprécier d’être réformé par un type qui commence le mois avec 20.000 euros au moins et qui peut se permettre de rembourser d’un claquement de doigt 140.000 euros de trop-touché-parce-que-je-ne-savais-pas.

Ce cumul d’emplois capables de fournir des revenus importants, avec des fondations souvent emboîtées les unes dans les autres, ou d’entretenir des réseaux d’influence, comme à la SNCF, est-il une stratégie répandue parmi les élites françaises ?

Hélas oui, trois fois oui, c’est monnaie courante. Les dispositions sur le pantouflage, l’invention de « déontologues » (comme si un homme politique ne savait pas ce qu’est la moralité élémentaire!), la fin si lente et si difficile du cumul des mandats, l’organisation de la transparence sont des progrès mais l’intelligence humaine répond à ces nouveaux défis en inventant de nouvelles ruses : le cas Delevoye est exemplaire.

On a affaire, avec l’argent de la formation professionnelle – qui constitue un fromage de 30 milliards d’euros par an -, à un emboîtage de poupées russes.

Je fonde un organisme de formation à but non lucratif ; celui-ci se fédère avec d’autres en un plus gros organisme à but non lucratif (GIS). Ce dernier fonde un organisme à but non lucratif (HEP) qui a évidemment besoin d’un think tank à but non lucratif (Parallaxe-Delevoye). IGS possède en partie une école de formation (IFPASS) au conseil d’administration duquel participe sans but lucratif bien sûr Delevoye). Si ce n’est pas de la magie…

Ce genre de fonctionnement existe aussi au niveau des entreprises et du secteur para-public. Que fait Delevoye à la SNCF ? Mystère et boule de gomme.

Entre parenthèses, c’est cette consanguinité, ces liens incestueux, en fait ces réseautages commencés à l’ENA qui expliquent pourquoi les grosses entreprises françaises sont aussi mal gérées. Quand on pense au nombre de mandats – et donc de jetons de présence – de monsieur Augustin de Romanet, président d’ADP, qui met sept ans à découvrir que Roissy est un des pires aéroports du monde… . Quand on pense à l’incompétence des présidents d’Air France jusqu’à l’arrivée d’un professionnel canadien ! Quand on pense à la non-gestion, à l’im-management de la SNCF depuis Gallois et Pépy ! C’est proprement hallucinant. En fait la France est littéralement pillée par ce que le sociologue américain Charles Wright Mills appelait une « Elite de pouvoir » (The Power Elite, traduction en français chez Agone en 2012 sous le titre L’élite au pouvoir).

La dénonciation en elle-même n’a pas grand intérêt – mais tout ceci doit nous conduire à une réflexion capitale.

Le thème à la mode est celui de la « crise de la démocratie » – et vas-y que je te pleurniche sur le peuple gagné par l’affreux populisme !. Et si on changeait d’angle ( la fameuse Parallaxe, Mr Delevoye!) pour se dire qu’il n’y a pas de crise de la démocratie – le peuple continue à faire ce qu’il peut – mais une formidable crise des élites politiques. Eh oui ! Nous avons affaire à une élite d’incompétents, de parasites et de profiteurs – quand ils ne sont pas tout bonnement corrompus. Prenons un exemple plein d’équanimité : Juppé et Fabius, tous deux énarques, tous deux ministres des affaires étrangères, chacun dans un camp différent, ont fait preuve au Moyen Orient et notamment sur la question syrienne d’une incompétence et d’une ignorance abyssales. Comment cela se fait-il ? Ce n’est pas un hasard et il y a des explications. Ce n’est pas le lieu d’en traiter ici et aujourd’hui.

Au regard des affaires passées, autour de Richard Ferrand et François de Rugy, peut-on diagnostiquer un affairisme aux limites de la légalité pour la macronie ?

La Macronie pourrit par la tête. C’est vrai qu’avec trois figures de proue comme Ferrand, Rugy et Delevoye, ça fait beaucoup. Il est connu en sociologie politique que les nouveaux mouvements attirent les gens pas clairs qui y voient l’occasion d’une réussite rapide sur tous les plans. Il y a au moins une chose consolante parce qu’elle donne l’occasion de rire : ces personnages douteux pris la main dans le sac « rendent ». « J’ai rien volé puisque j’ai rendu ». Delevoye rend l’argent et Rugy rend le homard. Rigolo non ? Pas très ragoûtant quand même.

Source : Atlantico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>