À peine élus, les colistiers font un doigt d’honneur aux habitants

doigt-urne

Les neuf colistiers du maire fraîchement élu de (Oise) s’étaient réunis pour fêter leur victoire. Champagne, fiesta. Une photo pour immortaliser la soirée, doigts d’honneur tendus vers l’objectif. « On les a bien eus, allez tous vous faire… » De l’élégance, de la classe, l’équipe signe son éthique pour la commune. Le message semblant être adressé à quiconque regarde la photo, partisans et opposants se voient ainsi mis dans le même panier.

Un tel chef-d’œuvre de convivialité méprisante ne pouvant rester confidentiel, l’une des participantes s’empresse de publier l’image sur Facebook, explique Le Parisien. On a le sens de la com’ ou on l’a pas. Elle l’avait.

Dans les heures qui suivent, un tract comportant la reproduction du cliché est glissé dans les boîtes aux lettres des habitants. La nouvelle se répand, scandales en chaîne, explosions de colère. L’ONU menace d’intervenir.

Une pétition circule : « Ce geste obscène est une insulte à la République, à la démocratie et à la population. Cet acte dégrade l’image de notre cher village. » Sur le comptoir du bar-tabac du coin où le document est à disposition, le client signe des deux mains. Appels à démission, menaces d’obstruction à l’investiture des photographiés. La future équipe municipale a réussi l’exploit de se faire détester avant même d’avoir mis un pied dans la mairie. Une première mondiale. Seul Nicolas Sarkozy était parvenu à s’attirer les foudres de l’opinion avant son entrée en fonction : croisière à bord d’un yacht de milliardaire au large de Malte peu de temps après la proclamation des résultats en mai 2007. Le remède à la popularité.

L’équipe gagnante de Balagny rejoint ainsi la cour des grands. Le nouveau record consistera à insulter l’électeur dès sa sortie du bureau de vote.

Plus ahurissante encore est la réaction de Philippe Maréchal (qui ne figure pas sur la photo), futur maire, ex-conseiller d’opposition et coiffeur de la commune : « Cette photo, que je condamne, a été détournée de son objectif. Elle n’avait pas pour but d’insulter la population. Nous allons porter plainte pour diffamation. »

Geste d’amour, d’affection. Langage des signes propre à la commune de Balagny ? Inversion désormais habituelle dans laquelle l’outrageant a le culot de se placer en outragé. La liste portait le nom pétaradant de « Citoyen de demain ». On n’ose imaginer ceux d’après-demain.

Source : Boulevard Voltaire

Répondre à Charles Martel Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>